Connexion
/ Inscription
Mon espace

Comment naviguer sur les marchés obligataires en 2016 ?

ER - Analyses de marchés
ABONNÉS

Selon Robeco, il sera de plus en plus important d'être sélectif en termes de régions, secteurs, maturités et séniorité.

Le vieil adage en matière d'obligataire selon lequel il est plus important d'éviter les perdants que de sélectionner les gagnants recommencera à occuper le devant de la scène. Dans le même temps, des opportunités d'investissement attractives sont toujours présentes sur ce marché obligataire divers, mondial et segmenté. 

Les années qui ont suivi la Grande Récession ont été d'excellentes années en matière d'investissement pour les classes d'actifs obligataires plus risquées, telles que la dette émergente et les obligations High Yield. D'un point de vue de la valorisation, ces classes d'actifs semblaient attractives, ce qui était à l'époque soutenu par une amélioration progressive des fondamentaux et des facteurs techniques.

Au cours des dernières années, cette situation a changé.
Cela a commencé en 2013, lorsque la frustration provoquée par le « tapering » a souligné la vulnérabilité des marchés émergents vis-à-vis d'une modification de l'orientation de la politique monétaire des États-Unis.

Depuis, la détérioration des fondamentaux et des facteurs techniques a conduit à des performances décevantes sur ce segment. En ce qui concerne les marchés des crédits, le tournant remonte à l'été 2014, lorsque le marché High Yield américain a commencé à sous-performer sous l'effet d'un secteur de l'énergie en difficulté. Depuis ce moment, de plus en plus de signes indiquent que le cycle du crédit arrive à maturité et que la prudence est de mise.


Les perspectives clés pour 2016

Dans le contexte actuellement difficile, Robeco préconise un style d'investissement flexible, ignorant les benchmarks et portant sur un univers d'investissement mondial :
- Éviter les perdants sera tout aussi important qu'en 2015 - pour le moment, nous restons prudents vis-à-vis du High Yield et de la dette émergente. Les perdants de 2008 seront de nouveau les gagnants de cette année - nous restons donc optimistes à l'égard des financières.
- Au sein des crédits, il est important d'être sélectif : nous privilégions les crédits EUR par rapport aux crédits USD, les financières par rapport aux industrielles, et les obligations subordonnées par rapport aux obligations senior. Le risque lié à des émetteurs spécifiques (idiosyncratique) continuera d'augmenter au sein des crédits -une approche axée sur la recherche sera payante.
- La Chine réservera encore des surprises sur le plan négatif - nous détenons des obligations d'État australiennes à échéance courte dans le but de profiter du scénario de ralentissement.
- Nous traversons une époque marquée par une économie mondiale à croissance faible où l'inflation est basse. Selon nous, il n'y a donc qu'une faible probabilité d'assister à un scénario de marché obligataire fortement baissier. Le resserrement de la politique de la Fed se fera de manière très progressive. La plupart des banques centrales, dont la BCE et la Banque du Japon, maintiennent une politique accommodante. Au fur et à mesure que la Fed normalisera sa politique monétaire, nous prévoyons un nouvel aplatissement de la courbe des taux américains. Nous préférons de ce fait les bons de Trésor américain à échéance longue par rapport aux obligations à échéance courte.
- La divergence entre la zone euro et les États-Unis ayant atteint un sommet, nous anticipons une convergence des taux obligataires entre ces deux régions. Nous préférons de ce fait les bons de Trésor américain par rapport à leurs homologues allemands.
- Si les marchés de la périphérie sont soutenus par le programme d'achat de la BCE, leurs valorisations semblent toutefois moins attractives. Les stratégies inter-pays offrent néanmoins des opportunités - nous privilégions ainsi les obligations irlandaises et portugaises au détriment de leurs homologues italiennes et espagnoles.

L’intégralité des perspectives, version anglaise
https://www.robeco.com/images/fixed-income-quarterly-outlookq1-2016.pdf


 Comprendre l'économie durable pour s'y investir

 

Lire la suite...


Articles en relation

ER - Analyses de marchés
ABONNES
Le point de marché mensuel de Michel Lemosof

Les marchés face à une liquidité réduite et à une volatilité augmentée La direction des marchés ne correspond pas toujours à celle qu'attendent les investisseurs. Avec l'accalmie sur le front de la guerre commerciale sino-américaine, un mieux semblait se dessiner, mais l'arrestation de la directrice financière de Huawei a jeté le trouble. Le groupe chinois serait soupçonné d'avoir enfreint les sanctions américaines contre l'Iran… Des actifs pestiférés « Deux préoccupations majeures se sont...

ER - Analyses de marchés
ABONNES
Les conséquences du Brexit pour le secteur financier français et européen

Extrait du discours de François Villeroy de Galhau, Gouverneur de la Banque de France et Président de l'ACPR. Mesdames et Messieurs, … Je salue l'accord qui a été trouvé la semaine dernière entre les négociateurs européens et britanniques et nous espérons tous que celui-ci franchira les prochaines étapes jusqu'à sa finalisation. Mais dans un contexte encore incertain, la prudence s'impose : même si nous ne la souhaitons pas, nous devons aussi nous préparer à faire face à une situation...

ER - Acteurs du secteur financier
ABONNES
[Les entretiens d'Esteval] Bruno Colmant, Degroof Petercam

« Nous devons retrouver une économie solidaire et basée sur l'intérêt général » Débats télévisés, émissions de radio, couvertures de presse : le livre de dialogue entre Bruno Colmant, chef économiste de Degroot Petercam, et le prêtre Eric de Beukelaer, ancien proche collaborateur du cardinal Lustiger à Rome, fait un carton en Belgique (1). Il est vrai que leur conversation aborde des sujets qui nous concernent tous, au croisement de la morale et de l'économie. « Le capitalisme anglo-saxon...

ER - Patrimoine et placements
ABONNES
[Abonnés] Notre sélection de fonds de boutiques

Notre liste de fonds de boutiques victime du krach larvé sur les petites et moyennes valeurs Depuis le 4 juillet, notre liste de fonds de boutiques a reculé de 14,8 %. C'est la première fois qu'un repli aussi important est enregistré entre deux mises à jour. Les carnets d'ordres à la vente sur les petites et moyennes valeurs ont été très étoffés. Il s'agit d'un krach larvé. Il faut désormais voir au-delà de la vallée. Heureusement, personne n'investit en actions à trois mois… Les meilleurs...