Connexion
/ Inscription
Mon espace

Les retraites supplémentaires des Français gravement menacées par une norme qu’aucun autre pays n’applique

ER - Patrimoine et placements
ABONNÉS

Baisse du niveau des rentes ou des rendements promis…
La menace plane sur les retraites supplémentaires des Français : Perp, retraites d’entreprise, contrats Madelin pour les indépendants. En cause Solvabilité 2* : l’application d’une norme totalement inadaptée aux régimes de retraite.

La responsabilité de l’Etat est clairement établie dans l’origine de ce problème : il y a quelques années, ce dernier a en effet décidé unilatéralement d’appliquer cette norme qu’aucun de nos partenaires Européens et Anglo-Saxons n’a retenue et qui pourrait bien leur être profitable.
Si l’Institut de la Protection Sociale (IPS) se félicite de l’annonce d’Emmanuel Macron de sortir certains régimes de retraite de Solvabilité 2, il lui demande toutefois d’aller plus loin : toutes les retraites supplémentaires doivent être concernées par cet assouplissement, notamment les Perp.


1/ L’assouplissement annoncé par Emmanuel Macron, une
véritable bouffée d’oxygène pour les entreprises et les retraités

En effet, l’option retenue par la France - à l’inverse de tous les autres pays de l’UE - de mélanger retraite et assurance dans le même cadre prudentiel, émanant de l’application de la directive Solvabilité 2, plaçait les opérateurs français dans une situation bancale, très pénalisante à terme pour les épargnants.

Pour Michel Clerc, Directeur Général de la Mutuelle Medicis, « Prisonniers d’un cadre prudentiel inadapté, les organismes de retraite concernés (articles 83 pour les entreprises et contrats Loi Madelin pour les travailleurs indépendants) se trouvent - avec l’application de Solvabilité 2 - contraints à une gestion d’actifs à courte vue, totalement inadaptée à leurs engagements qui s’établissent à plus de 15 ans ».
Du coup, un certain nombre d’opérateurs retraite sont conduits à prendre depuis le début de l’année des mesures contraignantes pour leurs adhérents (baisse du niveau des rentes ou des rendements promis).
En outre, ces opérateurs à long terme qui présentent toutes les caractéristiques de bons investisseurs pour les entreprises françaises, sont conduits à déserter les investissements en actions (trop consommateurs de fonds propres au sein de Solvabilité 2) au profit de la dette de l’Etat français, fort peu rémunératrice au final pour les épargnants. Cette situation va alors profiter aux capitaux étrangers qui vont pouvoir profiter de la paralysie des opérateurs français, placés dans le mauvais cadre réglementaire, à la différence de leurs partenaires étrangers.

Replacer les retraites françaises au sein de l’autre directive européenne (IORP), spécifiquement bâtie pour cela et qui regroupe tous les opérateurs européens, produira 2 grands avantages :
- Sécuriser les rentiers et futurs rentiers par une réglementation adaptée et éviter les risques de concurrence déloyale entre opérateurs soumis à des contraintes prudentielles différentes
- Les investisseurs institutionnels concernés pourront dès lors viser des horizons de placement plus longs, au grand bénéfice des entreprises françaises, qui cherchent des investisseurs patients et stables.


2/ Cet assouplissement doit s’étendre aux autres retraites supplémentaires comme le Perp, faute d’en menacer l’existence.

Il est nécessaire que l’élan imprimé par Emmanuel Macron ne s’arrête pas aux seuls articles 83 et aux contrats loi Madelin. En effet, comme le souligne Sylvain Grégoire, membre de l’IPS et pilote du pôle d’expertise dédié à la réforme de l’épargne retraite, « D’autres systèmes de retraite, comme les PERP par exemple, sont soumis à la même problématique et risquent donc de subir la concurrence des fonds de pension étrangers s’ils restent soumis à la norme Solvabilité 2 ».
La directive devant être améliorée prochainement (IORP 2) il serait opportun d’en élargir le prisme à tout le risque retraite. Ce serait également l’occasion de remettre à plat l’ensemble des dispositifs de retraite (transfert des contrats, cas de déblocage,…).

En conclusion, l’IPS demande :
- Que le Gouvernement s’engage dans une vraie sécurisation des régimes de retraite supplémentaire.
- Que tous les régimes de retraite supplémentaire ne soient plus concernés par la norme Solvabilité 2 mais soient soumis à la norme IORP.


*Solvabilité 2, qu’est-ce que c’est ?
C’est un cadre prudentiel bâti pour éprouver la solvabilité des assureurs face à des aléas ou des risques immédiats pouvant mettre à mal leurs fonds propres. S’il est ambitieux, mais adapté pour les assureurs, il ne l’est pas pour la retraite. En effet, la retraite est par nature un risque de longévité, et les Pouvoirs Publics doivent contrôler la capacité des opérateurs à honorer les rentes promises à terme.

http://www.institut-de-la-protection-sociale.fr/


 Comprendre l'économie durable pour s'y investir

 

Lire la suite...


Articles en relation

ER - Patrimoine et placements
ABONNES
[Les entretiens d'Esteval] Jean-Claude Chasson, Bacchus Conseil

Bacchus Conseil : Une vision durable et raisonnable de l'investissement « plaisir » Loin des spéculations observées ces dernières années sur les bouteilles de vin, Monsieur Jean-Claude CHASSON s'est spécialisé avec Bacchus Conseil dans le développement durable et harmonieux du patrimoine viticole français. Retour sur une belle aventure entrepreneuriale avec le fondateur de l'entreprise. Quand avez-vous créé votre premier GFV ? C'était en 1989. Dans le cadre de l'expertise comptable et fort de...

ER - Patrimoine et placements
ABONNES
[Les entretiens d'Esteval] Jean-Marc Divoux, Finance SA

Entretien avec Jean-Marc Divoux, gérant du fonds Expert Patrimoine Après avoir réuni certaines expertises de Robeco, de Commodities AM, de KBL Richelieu et AG2R AGICAM, Finance SA a accueilli Jean-Marc Divoux dans l'équipe de gestion en février dernier. Il y déploie désormais son expertise de gestion dont il nous parle avec passion. Quel a été votre parcours ? Après une formation d'ingénieur (avec une option en intelligence artificielle, ce qui, dans les années 80, n'était pas encore à la...

ER - Patrimoine et placements
ABONNES
ISR et performance

La Financière de l'Echiquier présente une nouvelle étude sur ISR et performance La Financière de l'Echiquier, qui revendique un rôle de pionnier de l'application à la gestion d'actifs des critères ESG en France, vient de réaliser une grande étude sur ISR et performance. Bonne nouvelle : l'extra-financier ne détruit pas de valeur ! « Faut-il, s'interroge Didier Le Menestrel, président de La Financière de l'Echiquier, se résoudre à un sacrifice de performance lorsque l'on choisit d'investir de...

ER - Patrimoine et placements
ABONNES
+ 4,5 % en un mois pour notre sélection diversifiée

Entre le 7 février et le 6 mars, notre sélection de supports d'investissement diversifiée s'est octroyée 4,5 %. Un beau score en ligne avec la poursuite du rebond des indices boursiers depuis la fin de l'année dernière. Un potentiel de 64,3 % pour une de nos valeurs Au cours des quatre semaines écoulées, huit lignes sur dix se sont mises en évidence, à commencer par Spie (+ 13,8 %) et SII (+ 11,2 %). Saint-Gobain fait encore du surplace, en dépit de la politique de repositionnement ambitieuse...