Connexion
/ Inscription
Mon espace

L’indice GX Private Equity de State Street baisse au 3ème trimestre 2015 pour la première fois en 3 ans…

ER - Analyses de marchés
ABONNÉS

… marquant ainsi la fin d’une série de hausses trimestrielles sans précédent. Malgré ce repli, la recherche confirme l’intérêt persistant des investisseurs institutionnels pour les placements de private equity

Publié par State Street Corporation, l’indice GX Private Equity IndexSM (PEI) permet une analyse comparative de la performance des investissements en private equity sur un ensemble complet de données remontant à 1980. Au 3ème trimestre 2015, l’indice a enregistré une performance globale de -1,37%.
« Le 3ème trimestre marque l’arrêt brutal de la période de rendements positifs ininterrompus enregistrés au cours des 12 derniers trimestres, la série de hausses la plus longue depuis la création de l’indice il y a 20 ans » commente Will Kinlaw, senior vice-président de State Street Global Exchange. « Avec l’incertitude croissante quant à l’économie mondiale et la montée soudaine de la volatilité sur les marchés boursiers au cours des 6 derniers mois, il n’est pas surprenant que le marché du private equity marque une pause ».

S’appuyant sur des données provenant directement de sociétés en commandite, l’indice représentait plus de 2 300 Mds$ d’investissements en private equity et 2 462 sociétés de private equity au 30 septembre 2015.
« Nous avons observé une augmentation considérable des distributions au cours des dernières années, le capital versé aux investisseurs par les gérants private equity augmentant plus rapidement que le capital levé » ajoute M. Kinlaw. « Ce fut la tendance pendant 16 trimestres, et bien qu’elle ne se soit pas inversée au 3ème trimestre 2015, elle s’est brutalement ralentie. Les gérants sont beaucoup plus sélectifs ».

Principaux autres résultats de l’indice du 3ème trimestre :

1/ Ce résultat représente le plus fort recul de l’indice principal depuis le 3ème trimestre 2011. Depuis la création de l’indice, il n’y a eu que 10 trimestres durant lesquels il a reculé plus fortement, notamment :
- le 3ème trimestre 1998 lors de la crise de la dette en Russie ;
- le 4ème trimestre 2000 lors de l’éclatement de la bulle internet ;
- du 3ème trimestre 2008 au 1er  trimestre 2009 pendant la crise financière mondiale ;
- le 3ème trimestre 2011, lorsque l’indice a chuté de 5,1% lors des inquiétudes liées à la crise de la zone euro.

2/ Le produit total des distributions a diminué au cours du second semestre 2015, baissant de près de 17,8% au 3ème trimestre puis de 16,4% au 4ème trimestre 2015.

3/ Les trois principales stratégies de private equity (buyout, capital-risque et dette privée) ont toutes affiché des résultats négatifs au 3ème trimestre : -1,63%, -0,51% et -1,27%, respectivement.

4/  Parmi les acquisitions, les opérations dites « mega et larges » ont reculé de 1,94% tandis que les petites et moyennes opérations ont reculé de seulement 0,11%.

5/ Les fonds de private equity hors États-Unis et Europe, comprenant principalement des fonds de pays émergents, ont connu un trimestre volatil : leur performance a chuté de 4,47% au 2ème trimestre à -3,13% au 3ème trimestre 2015. Les fonds de private equity investis en Europe ont affiché une performance de 0,29% au 3ème trimestre, bénéficiant du taux de change euro/dollar favorable. Les fonds de private equity investis aux États-Unis ont enregistré un recul trimestriel de respectivement -1,43% et -1,25%.

Selon une étude à paraître bientôt, menée par State Street auprès de plus d’une centaine d’investisseurs institutionnels dans le monde, la majorité d’entre eux estiment que leurs allocations au private equity augmenteront dans les 5 prochaines années. Le dossier complet sera publié dans les semaines à venir.

En savoir plus sur l’indice GX Private Equity : http://www.ssgx.com/peindex

 

 Comprendre l'économie durable pour s'y investir

 

Lire la suite...


Articles en relation

ER - Analyses de marchés
ABONNES
De la bonne valorisation des entreprises non cotées, par Edulis

« En l'absence de marché organisé et de liquidité suffisante, s'interroge Philippe Lagarde, directeur général d'Edulis (spécialiste de l'accompagnement des PME de croissance et du conseil aux investisseurs), comment valoriser correctement une entreprise non cotée ? » Et de fournir des pistes.   Trois approches Valoriser une PME non cotée implique le suivi de critères objectifs afin de parvenir à un « légitime » équilibre et de fédérer les parties autour d'un projet ou d'une transaction....

ER - Analyses de marchés
ABONNES
[Abonnés] Le point de marché mensuel de Michel Lemosof

Les gérants misent… prudemment sur un retour à meilleure fortune   Plus le temps passait, plus les cours de Bourse baissaient. Les petites valeurs françaises, notamment, ont capitulé. C'est un vers de La Fontaine qui revenait à l'esprit : « Ils ne mouraient pas tous, mais tous étaient frappés. » La remontée des taux directeurs américains a sonné le glas de ce qui restait de l'optimisme chez les investisseurs à l'issue d'un exercice – annus horribilis ! – déjà marqué par nombre d'inquiétudes...

ER - Analyses de marchés
ABONNES
Annonces présidentielles : quelles conséquences fiscales et budgétaires ?

Suite à l'intervention télévisée du Président de la République le 10 décembre dernier en réponse aux protestations du mouvement des gilets jaunes, Eric Pichet, Professeur et Directeur du Mastère Spécialisé Patrimoine et Immobilier (IMPI) à KEDGE, analyse les conséquences fiscales et budgétaires de ces annonces. « Les mesures de soutien au pouvoir d'achat des actifs dès le 1er janvier 2019 s'inscrivent dans la droite ligne du projet présidentiel pour faire en sorte que le travail paie sans...

ER - Analyses de marchés
ABONNES
Le point de marché mensuel de Michel Lemosof

Les marchés face à une liquidité réduite et à une volatilité augmentée La direction des marchés ne correspond pas toujours à celle qu'attendent les investisseurs. Avec l'accalmie sur le front de la guerre commerciale sino-américaine, un mieux semblait se dessiner, mais l'arrestation de la directrice financière de Huawei a jeté le trouble. Le groupe chinois serait soupçonné d'avoir enfreint les sanctions américaines contre l'Iran… Des actifs pestiférés « Deux préoccupations majeures se sont...