Connexion
/ Inscription
Mon espace

Actions européennes : des marchés sous-valorisés, sources d’opportunités d’investissement.

ER - Analyses de marchés
ABONNÉS

Le point de vue de Hugues Le Maire, Directeur Général de Diamant Bleu Gestion.

2013, année propice aux actions européennes, une des classes d’actifs actuellement la moins chère au monde. Tous les facteurs de risque ne sont pas totalement dissipés en zone euro, entre une crise de la dette encore sensible et les effets pro-cycliques des programmes de rigueur budgétaire nationaux, salutaires, mais qui compromettent un peu plus les perspectives de croissance. Il n’en reste pas moins que les marchés d’actions disposent de sérieux atouts.

Dans un environnement où les taux d’intérêt sont extrêmement bas grâce à la politique monétaire non conventionnelle menée par la Banque Centrale Européenne, les investisseurs n’ont d’autre option que de réviser leur stratégie d’investissement. Le « flight to quality » sans distinction qui prévalait encore massivement il y a quelques mois butte sur des taux de rendement réels désormais négatifs. À 1,37%, les taux réels allemands sont nettement négatifs, une situation intenable à moyen terme et inenvisageable dans l’économie réelle. Quel agent économique ferait le choix rationnel de prêter à un autre en perdant de l’argent ?

Les actions européennes se trouvent dans une configuration assez inédite où leur niveau de valorisation est globalement inadéquat compte tenu de leurs fondamentaux. En raison d’une prime de risque exagérée sur ces actifs, leurs cours sont longtemps restés sous-évalués. Le rally boursier initié le 26 juillet 2012, avec le discours de Mario Draghi, a commencé à compenser cet écart, mais la marge de revalorisation est encore grande pour atteindre des prix plus justes.

Pour autant, tous les actifs boursiers de la zone euro ne bénéficieront pas de ce mouvement haussier. Une approche d’investissement sélective et flexible, donc active, est indispensable pour  distinguer les types de valeurs qui ont le plus de chance de se démarquer. Un premier constat s’impose. Les valeurs de croissance issues des secteurs du luxe (LVMH, Richemont), de la santé (Sanofi) ou de la chimie (Arkema), ont délivré sur le long terme des performances boursières pérennes ce qui devrait se poursuivre dans les années à venir, par opposition aux deux secteurs que sont les télécoms et les utilities, dont les dividendes sont loin de compenser des performances boursières en chute libre. Les moteurs de cet antagonisme sont bien connus. D’un côté les groupes du luxe s’exportent à travers le monde en préservant de fortes marges bénéficiaires et leurs homologues de la santé, ou de la chimie, profitent de tendances structurelles que sont le vieillissement de la population,  ou l’élargissement de l’accès aux soins pour imposer leur forte valeur ajoutée. De l’autre, les entreprises spécialisées dans les télécoms ou les services aux collectivités voient leur rentabilité plombée par une régulation particulièrement contraignante, une concurrence forte et des investissements infrastructurels lourds.

Reste une troisième catégorie de valeurs, dont le profil est particulièrement attractif. Ce sont ces  « cas d’investissement » particuliers, ces actions le plus souvent cycliques ou financières dont les valorisations sont anormalement basses, non pas en raison de mauvais fondamentaux mais parce qu’elles sont mal valorisées par le marché. Le titre Vallourec en est un exemple intéressant. En juin dernier,le leader mondial des tubes sans soudure a offert à ses actionnaires le choix de percevoir leurs dividendes en numéraire ou en actions. En dépit de multiples de valorisation très faibles, 95% des actionnaires a opté pour le paiement du dividende en cash, soit 1,30 € par action, dans un contexte de préférence « à tout prix » pour les actifs refuges. Pourtant, l’analyse des fondamentaux de l’entreprise aurait pu convaincre les investisseurs de l’attrait de la décote du titre. A 31,10 € à l’époque, l’action était valorisée moins de 8 fois ses bénéfices 2011 et 0,7 fois ses actifs, pour une capitalisation totale à « seulement » 3,6 Mds, ouvrant la voie à d’hypothétiques velléités d’OPA. Les perspectives de croissance étaient clairement identifiées (elles le sont d’autant plus aujourd’hui) la société devant bénéficier de l’essor du marché du gaz de schiste, notamment en Amérique du nord. Résultat, le titre a depuis rebondi de 30% en bourse, offrant un gain substantiel pour les 5% d’actionnaires qui avaient su lire de façon rationnelle le potentiel intrinsèque du titre.

 

 

Lire la suite...


Articles en relation

ER - Analyses de marchés
ABONNES
Le point de marché mensuel de Michel Lemosof

Les marchés face à une liquidité réduite et à une volatilité augmentée La direction des marchés ne correspond pas toujours à celle qu'attendent les investisseurs. Avec l'accalmie sur le front de la guerre commerciale sino-américaine, un mieux semblait se dessiner, mais l'arrestation de la directrice financière de Huawei a jeté le trouble. Le groupe chinois serait soupçonné d'avoir enfreint les sanctions américaines contre l'Iran… Des actifs pestiférés « Deux préoccupations majeures se sont...

ER - Analyses de marchés
ABONNES
Les conséquences du Brexit pour le secteur financier français et européen

Extrait du discours de François Villeroy de Galhau, Gouverneur de la Banque de France et Président de l'ACPR. Mesdames et Messieurs, … Je salue l'accord qui a été trouvé la semaine dernière entre les négociateurs européens et britanniques et nous espérons tous que celui-ci franchira les prochaines étapes jusqu'à sa finalisation. Mais dans un contexte encore incertain, la prudence s'impose : même si nous ne la souhaitons pas, nous devons aussi nous préparer à faire face à une situation...

ER - Acteurs du secteur financier
ABONNES
[Les entretiens d'Esteval] Bruno Colmant, Degroof Petercam

« Nous devons retrouver une économie solidaire et basée sur l'intérêt général » Débats télévisés, émissions de radio, couvertures de presse : le livre de dialogue entre Bruno Colmant, chef économiste de Degroot Petercam, et le prêtre Eric de Beukelaer, ancien proche collaborateur du cardinal Lustiger à Rome, fait un carton en Belgique (1). Il est vrai que leur conversation aborde des sujets qui nous concernent tous, au croisement de la morale et de l'économie. « Le capitalisme anglo-saxon...

ER - Patrimoine et placements
ABONNES
[Abonnés] Notre sélection de fonds de boutiques

Notre liste de fonds de boutiques victime du krach larvé sur les petites et moyennes valeurs Depuis le 4 juillet, notre liste de fonds de boutiques a reculé de 14,8 %. C'est la première fois qu'un repli aussi important est enregistré entre deux mises à jour. Les carnets d'ordres à la vente sur les petites et moyennes valeurs ont été très étoffés. Il s'agit d'un krach larvé. Il faut désormais voir au-delà de la vallée. Heureusement, personne n'investit en actions à trois mois… Les meilleurs...