Connexion
/ Inscription
Mon espace

Africa, the land of continued opportunity for private equity

ER - Analyses de marchés
ABONNÉS

As 2016 gets under way, amid growing concerns over a slowdown in China and a wider global economic malaise, the long-term growth trajectory for Sub-Saharan Africa seems to be as strong as ever. 

Private equity fundraising for Africa has been robust and there is now a significant level of dry powder within a small number of competing GPs. From 2014 to date, $7.6 billion of funds have closed, more than 80% of which is held by just eight funds, with an average size more than $700 million. Yet during the same period, only 10 of 138 transactions completed have had ticket sizes of more than $75 million, suggesting that a lot of money is chasing scarce assets in Africa and that there is a risk of a private equity related ‘bubble’.* 

However, the numbers would suggest this risk is overplayed; even Sub-Saharan Africa’s record fundraising year of 2014 saw a significantly smaller amount raised as a proportion of GDP than that seen in Europe. In addition, while larger operators may have struggled to put big funds to work, opportunities for those in smaller and mid-market segments are far more widespread in what remain in the main smaller countries with highly fragmented business landscapes.

Supporting this, in October it was reported that international private equity had become the fastest growing source of investment in Sub-Saharan Africa**. However, better risk management tools are needed, as is a continuing maturation of the market, in order to ensure the benefits of this capital are realised.  

Most importantly, Sub Saharan Africa’s growth looks to be sustainable, driven by a shift in the population to cities coupled with an increase in discretionary spending from a growing middle class that will fuel domestic demand for local products. The young, growing population also serves as a source of competitive labour and boosts the consumer market as a whole. By 2040, Africa will have a larger working-age population than China or India and ƒby 2050 the number of people living in urban areas is set to reach well over a billion***. Consumer-facing industries such as FMCG, Financial Services, Healthcare and Telecoms, will naturally account for the majority of growth, providing a strong platform for success.

http://www.syntaxis-capital.com/ and http://www.awf.org/

 Comprendre l'économie durable pour s'y investir

 

Lire la suite...


Articles en relation

ER - Analyses de marchés
ABONNES
[Abonnés] Le point de marché mensuel de Michel Lemosof

Les gérants misent… prudemment sur un retour à meilleure fortune   Plus le temps passait, plus les cours de Bourse baissaient. Les petites valeurs françaises, notamment, ont capitulé. C'est un vers de La Fontaine qui revenait à l'esprit : « Ils ne mouraient pas tous, mais tous étaient frappés. » La remontée des taux directeurs américains a sonné le glas de ce qui restait de l'optimisme chez les investisseurs à l'issue d'un exercice – annus horribilis ! – déjà marqué par nombre d'inquiétudes...

ER - Analyses de marchés
ABONNES
Annonces présidentielles : quelles conséquences fiscales et budgétaires ?

Suite à l'intervention télévisée du Président de la République le 10 décembre dernier en réponse aux protestations du mouvement des gilets jaunes, Eric Pichet, Professeur et Directeur du Mastère Spécialisé Patrimoine et Immobilier (IMPI) à KEDGE, analyse les conséquences fiscales et budgétaires de ces annonces. « Les mesures de soutien au pouvoir d'achat des actifs dès le 1er janvier 2019 s'inscrivent dans la droite ligne du projet présidentiel pour faire en sorte que le travail paie sans...

ER - Analyses de marchés
ABONNES
Le point de marché mensuel de Michel Lemosof

Les marchés face à une liquidité réduite et à une volatilité augmentée La direction des marchés ne correspond pas toujours à celle qu'attendent les investisseurs. Avec l'accalmie sur le front de la guerre commerciale sino-américaine, un mieux semblait se dessiner, mais l'arrestation de la directrice financière de Huawei a jeté le trouble. Le groupe chinois serait soupçonné d'avoir enfreint les sanctions américaines contre l'Iran… Des actifs pestiférés « Deux préoccupations majeures se sont...

ER - Analyses de marchés
ABONNES
Les conséquences du Brexit pour le secteur financier français et européen

Extrait du discours de François Villeroy de Galhau, Gouverneur de la Banque de France et Président de l'ACPR. Mesdames et Messieurs, … Je salue l'accord qui a été trouvé la semaine dernière entre les négociateurs européens et britanniques et nous espérons tous que celui-ci franchira les prochaines étapes jusqu'à sa finalisation. Mais dans un contexte encore incertain, la prudence s'impose : même si nous ne la souhaitons pas, nous devons aussi nous préparer à faire face à une situation...