Connexion
/ Inscription
Mon espace

50% des Français ont épargné pour faire leurs cadeaux de Noël.

ER - Patrimoine et placements
ABONNÉS

Noël cristallise bien souvent le rapport des parents et des enfants à l’argent. ING Direct, le n°1 de la banque en ligne, consacre la seconde édition de son Observatoire à cette période cruciale, révélant ainsi des écarts de perception entre les générations, notamment concernant les cadeaux.  

Les parents ont fait leurs comptes à l’approche de Noël : selon une étude réalisée dans 9 pays d’Europe, 3/4 des Européens, et notamment 9 Français sur 10, ne dépenseront pas davantage qu’en 2011.

Alors que 50% des parents comptaient sur l’argent épargné pour financer les cadeaux de Noël de leurs enfants et que 26% d’entre eux s’apprêtaient à utiliser leur prime de fin d’année ou leur 13ème mois 28% restait encore indécis. Dans tous les cas, le crédit à la consommation n’est pas une solution envisagée. 

Une tendance se dessine : le souhait d’autonomisation des enfants vis-à-vis de l’argent se profile dès l’âge de 11 ans.  En 2012, le budget cadeaux envisagé par les parents pour chacun de leurs enfants augmente avec son âge :

98 € de 7 à 10 ans,

117 € de 11 à 14 ans,

126 € de 15 à 17 ans.

En France, cela revient à offrir en moyenne 3 cadeaux à ses enfants, alors qu’ils en espèrent 4.

Le second écart de perception entre parents et enfants concerne la somme d’argent placée sous le sapin : en moyenne les enfants souhaitent découvrir le double de ce que leurs parents envisagent de leur offrir lors des Fêtes.

Enfin, c’est au moment de l’adolescence que l’argent fait son apparition sous le sapin. L’argent est le premier souhait des 11-14 ans à 67%, mais à cet âge seulement 20% des parents envisagent de leur en offrir.  

Fort de ses enseignements, ING Direct propose un modèle au service du consommateur fondé sur :

la transparence dans la relation avec le client (tarifs …) ;

la qualité du service et les promesses tenues : cela se traduit par une excellence opérationnelle et une expertise des enjeux financiers comme des attentes des consommateurs ;

la simplicité au travers de produits essentiels et des services intuitifs et faciles à maîtriser ;

la pédagogie grâce à son site d’information en partenariat avec Yahoo.

www.yahoo.monnaietime.fr

 

 

 

 

Lire la suite...


Articles en relation

ER - Patrimoine et placements
ABONNES
Plongée dans l’univers des investissements des entrepreneurs les plus accomplis

La 5ème édition de l'étude « Entrepreneurs BNP Paribas 2019 » de BNP Paribas Wealth Management publie les investissements privés préférés des investisseurs fortunés - les Entrepreneurs « Elite » - et les tendances qui façonnent leurs choix en matière d'allocation de leur portefeuille. Extrait de l'étude 1/ Les actions sont le premier choix de portefeuille des entrepreneurs Élite : en réagissant avec enthousiasme à la hausse des marchés boursiers, ils ont davantage investi en actions...

ER - Patrimoine et placements
ABONNES
« European Sustainable Infrastructure Debt », investir dans la dette infrastructure

Lancé par NN Investment Partners (NN IP), le fonds NN (L) European Sustainable Infrastructure Debt* vient renforcer la gamme durable de NN IP et répond à la demande croissante d'investissement dans des actifs réels. La dette infrastructure est largement perçue par les investisseurs comme particulièrement attractive car elle offre des rendements convaincants, ajustés au risque, et présente par la même occasion des avantages sociaux, environnementaux et économiques, générés par les principaux...

ER - Patrimoine et placements
ABONNES
[Les entretiens d'Esteval] Mark Rogers, Montanaro AM

3 questions à Mark Rogers, gérant des fonds Montanaro European Midcap Fund et back-up manager du Better World Fund Vous avez rejoint l'équipe de Montanaro il y a près de 5 ans. Quel est l'état d'esprit qui anime les équipes de gestion ? Chez Montanaro, rien n'est blanc ou noir, nous privilégions en permanence la nuance en misant sur l'innovation et la formation. Il s'agit pour nous d'une quête permanente de savoir-faire en matière de gestion. Ensuite, pour l'implémentation, c'est un...