Connexion
/ Inscription
Mon espace

2015, année record pour l’industrie des ETF européens

ER - Patrimoine et placements
ABONNÉS

La quête de rendement et la rotation des actions vers les marchés domestiques ont contribué au succès des ETF européens qui atteignent leur niveau le plus élevé en 2015


Les faits marquants de l’année 2015

- Globalement, les ETF ont enregistré une collecte record de 351,8 Mds$ grâce à l’appétit grandissant pour les ETF obligataires. Les investisseurs s’éloignant des marchés américains pour trouver du rendement, les flux vers les marchés développés, hors Etats-Unis, ont atteint des niveaux encore jamais égalés.

- Le thème phare de cette année pour les ETF mondiaux a été le sentiment des investisseurs à l’égard des marchés actions des pays développés. Les marchés actions forts de la zone euro et du Japon ont drainé la majeure partie des flux pendant la première partie de l’année 2015, un mouvement suivi par un retour vers les expositions aux actions américaines au cours de la seconde moitié de l'année. Pour les marchés développés hors Etats-Unis, près des deux tiers des flux totaux ont été engrangés pendant le premier semestre de cette année, menés par les fonds actions couverts au risque de change. Ces derniers ont cumulé un total de 52,4 Mds$, dépassant de manière significative leur précédent record annuel atteint en 2013 de 20,1 Mds$.

- Au niveau mondial, les ETF actions couverts du risque de change et smart beta représentent ensemble un tiers des flux actions enregistrés en 2015 avec des collectes respectives de 52,4 Mds$.et de 23,9 Mds$..  En 2014, ils ne représentaient que 25% des flux actions.

- Tandis que les ETF actions ont dominé les flux mondiaux, ceux provenant des ETF obligataires prennent le dessus en termes de croissance organique avec un pourcentage du total d’actifs constitué par des nouveaux flux entrants s’élevant à 21,6% et éclipsant le record établi en 2014. L’obligataire a représenté 27% des flux mondiaux d’ETF cette année, dont 24% aux Etats-Unis, 37% en Europe et 30% au Canada.

- On observe au sein des flux obligataires mondiaux, un vif intérêt pour les fonds souverains et en particulier les bonds du Trésor américain, un mouvement qui a fortement marqué la première partie de l’année. La seconde partie de l’année a vu des flux plus importants se diriger vers la dette d’entreprise investment grade  et se détourner des obligations gouvernementales alors que la possibilité d’une hausse des taux par la Réserve fédérale américaine renforçait les fonds obligataires investis en dette d’entreprise.

- Concernant les ETF domiciliés en Europe, les flux vers les expositions en actions ont totalisé 50,6 Mds$, suivis par les ETF obligataires à hauteur de 30,3 Mds$. Les deux classes d'actifs ont connu des années records, enregistrant les flux les plus élevés jamais enregistrés sur une année. Les ETF actions ont vu la plupart de leurs flux se concentrer en 2015 dans les expositions de la zone euro. Du côté de l’obligataire, les obligations d’entreprise et les obligations souveraines domiciliées en Europe ont drainé la majeure partie des flux dans la catégorie, suite aux annonces de la BCE et aux perspectives de relance du marché. Avec 16,5 Mds$, les flux des ETF européens  investment grade  et high yield  en 2015 ont battu leur record de 11,8 Mds$ de 2014. 

- La croissance organique des actifs détenus en ETF atteint 18%, son taux de croissance le plus élevé sur les 5 dernières années, dépassant la croissance enregistrée aux Etats-Unis à 11,4% ou celle de 11,6% au niveau global hors Europe.

Ursula Marchioni, Stratégiste iShares pour la région Europe, Moyen-Orient et Asie, commente ces résultats : « 2015 est une année record pour l’industrie des ETF européens, qu’il s’agisse d’ETF actions ou obligataires. Deux grands thèmes ont contribué à ce résultat. Premièrement, la divergence des banques centrales ont entraîné une sortie des actifs américains vers les marchés domestiques européens des investisseurs. Deuxièmement, les investisseurs européens à la recherche de rendement  ont acheté des produits investment grade, high yield et de dette émergente émis par des sociétés basées en Europe et aux Etats-Unis - ces derniers présentant un rendement plus intéressant que celui offert par les obligations des marchés développés. Cette tendance s’est confirmée tout au long de l’année, malgré un léger ralentissement cet été lorsque la volatilité accrue a entrainé de nombreux investisseurs vers des valeurs refuges telles que les obligations gouvernementales. »

L’industrie globale a enregistré un record en 2015 grâce à l’adoption grandissante des ETF obligataires chez les investisseurs et des flux non négligeables dirigés vers les marchés développés hors Etats-Unis.  2015 a également été l’année de bon nombre de « premières », pour n’en citer que deux : les actifs globaux d’ETF obligataires ont dépassé pour la première fois le seuil des 500 Mds$ en octobre 2015 et les ETF investis en actions couvertes contre le risque de change s’élèvent pour la première fois à plus de 100 Mds$. 

En savoir plus sur le fonctionnement des ETF, voir ces 2 vidéos de 3 minutes :

Introduction aux ETF : 
https://www.youtube.com/watch?v=etQ-iJ3pT00

Introduction aux ETF obligataires: 
https://www.youtube.com/watch?v=lwQh5oUUF2U

 

 Comprendre l'économie durable pour s'y investir

 

Lire la suite...


Articles en relation

ER - Patrimoine et placements
ABONNES
Plongée dans l’univers des investissements des entrepreneurs les plus accomplis

La 5ème édition de l'étude « Entrepreneurs BNP Paribas 2019 » de BNP Paribas Wealth Management publie les investissements privés préférés des investisseurs fortunés - les Entrepreneurs « Elite » - et les tendances qui façonnent leurs choix en matière d'allocation de leur portefeuille. Extrait de l'étude 1/ Les actions sont le premier choix de portefeuille des entrepreneurs Élite : en réagissant avec enthousiasme à la hausse des marchés boursiers, ils ont davantage investi en actions...

ER - Patrimoine et placements
ABONNES
Fonds patrimoniaux : notre sélection limite les dégâts

  Un gérant qui a une très longue expérience vient de déclarer qu'il n'a jamais vu une année comme 2018, avec de telles moins-values dans pratiquement toutes les classes d'actifs, le mouvement s'accélérant en fin d'année. Dans ces conditions, le repli trimestriel de 10,1 % enregistrée par notre liste de fonds patrimoniaux doit être relativisée.   Depuis la mise à jour du 4 octobre 2018, notre sélection patrimoniale a, notamment, été affectée par les reculs d'Amilton Global (particulièrement...

ER - Patrimoine et placements
ABONNES
Petites capitalisations européennes, des opportunités selon RJAMI

Les petites capitalisations sont celles qui, l'an dernier, ont payé le plus lourd tribut à la baisse des marchés. Mais Louis de Fels et Edwin Faure, gérants des fonds Raymond James MicroCaps et Raymond James SmallCaps, deux des fonds de la gamme de Raymond James Asset Management International (RJAMI), ne jettent pas le bébé avec l'eau du bain !   Repricing du risque C'est essentiellement en raison de leur moindre liquidité et, aussi, parce que la pratique du small is beautiful a peut-être été...

ER - Patrimoine et placements
ABONNES
[Abonnés] Notre sélection diversifiée bat à nouveau le CAC40

Les incertitudes politiques, la hausse des taux aux Etats-Unis, la perspective d'un ralentissement économique mondial et la guerre commerciale sino-américaine brouillent les cartes. Dans ce contexte où l'imprévisibilité règne, les marchés ont tout de même rebondi. Notre sélection en a profité. Depuis la dernière mise à jour (le 6 décembre), notre sélection s'est adjugé 1,6 %. C'est mieux que le Cac 40 dans la période : + 0,5 %. Cette relativement bonne tenue d'ensemble, en dépit de l'étonnante...