Connexion
/ Inscription
Mon espace

Les entreprises des marchés émergents ont de meilleures perspectives de croissance

ER - Analyses de marchés
ABONNÉS

Par Ross Teverson, Responsable de la stratégie Marchés Emergents chez Jupiter AM

2015 a été une période contrastée pour les marchés émergents, notamment parce que le marché a tendance à privilégier les enjeux macroéconomiques de court terme plutôt que de se concentrer sur les fondamentaux des entreprises. Cela a été source de volatilité, notamment au 3ème trimestre. Les investisseurs se sont inquiétés de l’impact potentiel d’une hausse des taux américains, des niveaux de dettes et de croissance en Chine et de l’impact de la faiblesse des prix des matières premières sur les pays qui en sont les principaux exportateurs.

Même si ces préoccupations sont justifiées, il faut cependant garder en mémoire que la hausse des taux américain a été largement anticipée depuis pas mal de temps déjà, ce qui veut dire qu’elle a déjà êté valorisée dans les cours des actions des marchés émergents. De même en ce qui concerne la Chine : si le niveau des emprunts des entreprises a augmenté significativement ces dernières années, il s’agit surtout de dettes en devise locale contractées par des entreprises détenues par l’Etat, le risque pour l’économie est donc bien plus faible que ne le laisse supposer les gros titres des journaux.

Finalement, le faible prix des matières premières représente effectivement un défi pour quelques pays mais cela a un impact positif sur d’autres, comme l’Inde, où la faiblesse du cours du pétrole a permis au gouvernement de respirer un peu en améliorant le budget du pays et en réduisant les subventions relatives au pétrole.

Pour 2016, en tant qu’investisseurs bottom-up sur les marchés émergents, plutôt que de formuler une opinion macro-économique top-down sur des pays et des régions, nous nous demandons : « Aujourd’hui, sommes-nous capables d’identifier beaucoup d’opportunités, attractives et sous-valorisées sur les marchés émergents ? ». Et la réponse à cette question est « Oui ». Pour cette raison, nous sommes optimistes sur les perspectives pour nos fonds marchés émergents. Nous trouvons beaucoup d’entreprises en pleine évolution, évolution qui ne nous semble pas se refléter dans les cours. Par ailleurs, les investissements en devise sont bien adaptés à ce type d’univers d’investissement, très divers et en rapide évolution.

La Chine est un des plus gros marchés mondiaux. Alors que le pays relève en ce moment le défi de passer d’une économie basée sur un modèle industriel (et où la croissance est guidée par les investissements de l’Etat) à une économie basée sur la consommation domestique, nous sommes optimistes quant aux perspectives de ses entreprises. Au niveau micro-économique, il faut selon nous faire la part des choses entre les entreprises qui sont à même de tirer profit de ce changement et celles qui devraient rencontrer des difficultés. Il est vraisemblable que cet écart se creusera à mesure que les dirigeants chinois implémenteront leurs réformes, et les revenus pour l’économie générés par ces deux types d’entreprises divergeront fortement.

En conclusion, il convient de souligner qu’aujourd’hui, les valorisations sur les marchés émergents - en termes de ratios price-to-book - sont relativement basses historiquement parlant. Lorsque par le passé, les valorisations ont été aux niveaux auxquels elles sont aujourd’hui, les investisseurs qui regardaient à long terme sans se laisser distraire par les turbulences immédiates ont pu en tirer de substantiels bénéfices. Selon nous, dans de nombreux cas, la volatilité de 2015 a créé des opportunités qui s’ajoutent aux valeurs « survendues » qui bénéficient de perspectives positives à moyen ou long terme. Qui plus est, étant donné que les actions des marchés émergents ont pris du retard par rapport aux marchés développés, nous devrions pouvoir trouver des entreprises ayant de meilleures perspectives de croissance - avec des valorisations significativement moins élevées - que leurs homologues des pays développés.

http://www.jupiteram.com/

 

 Comprendre l'économie durable pour s'y investir

 

Lire la suite...


Articles en relation

ER - Analyses de marchés
ABONNES
Nouveau rapport des PRI sur l'investissement responsable dans la dette privée

Les Principes pour l'investissement responsable (PRI) publient « Spotlight on Responsible Investment in Private Debt », un nouveau rapport dont l'objectif est de fournir des grandes lignes directrices et des études de cas sur les meilleures pratiques en termes de mise en œuvre de l'investissement responsable dans le domaine de la dette privée.  Récemment considérée comme une classe d'actifs à part entière, la dette privée recouvre un large éventail de stratégies d'investissement. Parmi les 50...

ER - Analyses de marchés
ABONNES
Que réserve 2019 en matière d'investissement responsable ?

L'intérêt des investisseurs pour l'informatique en nuage, l'apprentissage automatique et le potentiel encore relativement peu exploité de la science des données s'accroît rapidement. Dans un secteur sujet à de profonds changements, la science des données est, grâce aux possibilités qu'elle offre et aux efficiences qu'elle génère, à même de jouer un rôle important. Un commentaire d'Iain Richards, Head of Governance & Responsible Investment chez Columbia Threadneedle Investments Tandis que...

ER - Analyses de marchés
ABONNES
Le point de marché mensuel de Michel Lemosof

Les problèmes qui ont fait chuter les marchés financiers en 2018 n'ont pas disparu d'un coup de baguette magique ! La récession n'est pas au coin de la rue et les indices ont plus baissé que les révisions de résultats des entreprises. Mais l'appétit pour le risque a du mal à se frayer un chemin dans un environnement manquant de visibilité. Luca Paolini, économiste en chef chez Pictet Asset Management, rappelle qu'il est généralement judicieux de se prémunir contre le risque d'événements...

ER - Analyses de marchés
ABONNES
De la bonne valorisation des entreprises non cotées, par Edulis

« En l'absence de marché organisé et de liquidité suffisante, s'interroge Philippe Lagarde, directeur général d'Edulis (spécialiste de l'accompagnement des PME de croissance et du conseil aux investisseurs), comment valoriser correctement une entreprise non cotée ? » Et de fournir des pistes.   Trois approches Valoriser une PME non cotée implique le suivi de critères objectifs afin de parvenir à un « légitime » équilibre et de fédérer les parties autour d'un projet ou d'une transaction....