Connexion
/ Inscription
Mon espace
ER - Analyses de marchés
ABONNÉS

Une année boursière 2016 prometteuse ?

L’analyse du Docteur Leber, fondateur d’Acatis, société de gestion indépendante allemande.

Taux d’intérêt bas, faibles coûts de l’énergie, salaires bas, taux de change avantageux en Europe, innovations technologiques... la conjoncture pourrait être très bonne. Alors qu’est-ce qui freine ?

- L’Europe est malade d'elle-même. Une région éduquée et intéressante dotée de bonnes infrastructures logistiques et d'une main d'œuvre bien formée cumule les échecs en raison de ses égoïsmes nationaux, de ses vieilles querelles et d'un manque de confiance dans l'économie de marché. Les pays dotés d’une économie de marché forte (Scandinavie, Pays-Bas, Allemagne, Suisse, Autriche) devraient pouvoir s’imposer. Avec un « Brexit », la Grande-Bretagne ne pourrait que se faire du tort car sans accès à l’Europe le site de Londres ne présente aucun avantage. La Russie va lentement réintégrer les rangs des communautés occidentales.

- Les Etats-Unis ne cessent de surprendre par leur capacité de performance même si celle-ci est actuellement réalisée à grand renfort d’argent peu cher. Cependant, la vigueur du dollar et la faiblesse de l’industrie pétrolière domestique nuisent fortement à l'économie. 2016 est une année électorale au cours de laquelle tous les acteurs impliqués seront soucieux d’assurer une conjoncture tournant à bon régime. Si les taux d’intérêt sont relevés, ce sera de manière modérée.

- En Chine, la consommation domestique s’accroît de plus en plus mais l'économie n’est pas franchement florissante, comme en témoignent par exemple les délais de paiement de plus en plus longs des entreprises chinoises. La campagne anti-corruption a mené à de très nombreuses arrestations, a paralysé les processus décisionnels et a provoqué un fort repli des produits de consommation à forte visibilité extérieure (articles de luxe, casinos). La Chine peut compenser ces faiblesses grâce à ses réserves importantes de moyens de paiement.

- Le Japon se rapproche de plus en plus de l’économie de marché, mais là aussi le progrès se paye à coup de crédits bon marché. La génération des retraités en fera les frais.

- l’Amérique du Sud, affaiblie par l’inflation et la corruption, reste un problème constant.

- Le Proche-Orient demeure une poudrière en proie au chaos. En 1914, le monde a basculé dans une immense guerre en raison d’un ridicule conflit régional. Espérons qu’en 2016 les grandes puissances ne s'affronteront pas pour un autre conflit régional. Sur le long terme, les données fondamentales finissent par s’imposer face à la pression politique.

Tout cela devrait augurer d’une année boursière positive en 2016

http://www.acatis.de/fr


 Comprendre l'économie durable pour s'y investir

 


Lire la suite...


Articles en relation