Connexion
/ Inscription
Mon espace

Aucun incident en vue

ER - Analyses de marchés
ABONNÉS

Par Maarten-Jan Bakkum, Senior Strategist Emerging Markets chez NN IP

Pour les marchés émergents, 2015 a été une année de vérité. Dans un contexte de déclin rapide de leur croissance et d’insuffisance des réformes politiques, la baisse continue du cours des matières premières, l'atonie du commerce mondial et les importantes sorties de capitaux ont abouti à une forte correction sur les marchés des devises et des actions émergentes. Pour la première fois depuis 2010, début du ralentissement dans les pays émergents, les marchés semblent revenir à une approche plus réaliste.

Ce changement important ouvre la voie à une phase de reprise. La dépréciation des devises de 40% en moyenne face au dollar sera un soutien particulièrement appréciable. En premier lieu, une forte baisse des devises secoue l'inertie des décideurs politiques et les incite à la réforme. Si une pression s'exerce, il faudra prendre des mesures impopulaires de renforcement de la structure économique qui pourront jeter les bases de la croissance à venir. En second lieu, une devise plus faible réduit les déficits courants et fait redescendre le marché du crédit à des niveaux plus sains en raison de la hausse des taux d'intérêts. Une diminution consécutive des déséquilibres économiques permettra de nouveaux investissements et une hausse de la consommation.

Il est aussi indispensable de faire preuve de plus de réalisme sur les opportunités de croissance offertes par le monde émergent. Il s'agit d'éviter de nouvelles baisses surprises et les turbulences de marché qui y en découlent. Les économistes prévoient à présent un taux de croissance de 4,5% pour les marchés émergents en 2016. Si ce chiffre est encore assez élevé, il est toutefois peu probable que cette prévision s'avère surévaluée de plus d'un demi-point de taux. L'année dernière, les perspectives pour 2015 étaient surévaluées de plus d'un point. Le ralentissement de la croissance en Chine et dans les autres pays émergents aurait pu aisément engendrer une sévère correction, voire une panique de marché en août. Les risques de répétition d'un scénario identique l'année prochaine ont été réduits.

Par rapport à la situation que nous avons connue depuis plusieurs années, un rééquilibrage des risques sur les marchés émergents a en effet été opéré à la suite de la correction du marché monétaire et du marché des actions, conjuguée à une révision à la baisse des prévisions. En face des risques liés au fort ralentissement de la Chine, à la crise de la dette au Brésil et à la capitulation des marchés émergents de devises, il existe aujourd'hui aussi des facteurs propices à la hausse. Si les autorités chinoises mènent à bien leur effort de stabilisation de l'économie et qu'il n'y a pas de défaillances majeures dans les pays marqués par une croissance excessive du crédit comme la Malaise, la Thaïlande, la Turquie et le Brésil, les marchés pourront commencer peu à peu à anticiper une reprise de croissance. La hausse des prix dont le niveau est actuellement faible pourrait conduire, au vu d'une reprise qui se rapproche, à une réaction favorable du marché, une appréciation des devises et une baisse des taux d'intérêts. Pour ce faire, il est nécessaire que le processus inévitable de désendettement dans les pays émergents se poursuive sans incident majeur.

https://www.nn.be/fr/investment-management

 

 Comprendre l'économie durable pour s'y investir

 

Lire la suite...


Articles en relation

ER - Analyses de marchés
ABONNES
Annonces présidentielles : quelles conséquences fiscales et budgétaires ?

Suite à l'intervention télévisée du Président de la République le 10 décembre dernier en réponse aux protestations du mouvement des gilets jaunes, Eric Pichet, Professeur et Directeur du Mastère Spécialisé Patrimoine et Immobilier (IMPI) à KEDGE, analyse les conséquences fiscales et budgétaires de ces annonces. « Les mesures de soutien au pouvoir d'achat des actifs dès le 1er janvier 2019 s'inscrivent dans la droite ligne du projet présidentiel pour faire en sorte que le travail paie sans...

ER - Analyses de marchés
ABONNES
Le point de marché mensuel de Michel Lemosof

Les marchés face à une liquidité réduite et à une volatilité augmentée La direction des marchés ne correspond pas toujours à celle qu'attendent les investisseurs. Avec l'accalmie sur le front de la guerre commerciale sino-américaine, un mieux semblait se dessiner, mais l'arrestation de la directrice financière de Huawei a jeté le trouble. Le groupe chinois serait soupçonné d'avoir enfreint les sanctions américaines contre l'Iran… Des actifs pestiférés « Deux préoccupations majeures se sont...

ER - Analyses de marchés
ABONNES
Les conséquences du Brexit pour le secteur financier français et européen

Extrait du discours de François Villeroy de Galhau, Gouverneur de la Banque de France et Président de l'ACPR. Mesdames et Messieurs, … Je salue l'accord qui a été trouvé la semaine dernière entre les négociateurs européens et britanniques et nous espérons tous que celui-ci franchira les prochaines étapes jusqu'à sa finalisation. Mais dans un contexte encore incertain, la prudence s'impose : même si nous ne la souhaitons pas, nous devons aussi nous préparer à faire face à une situation...

ER - Acteurs du secteur financier
ABONNES
[Les entretiens d'Esteval] Bruno Colmant, Degroof Petercam

« Nous devons retrouver une économie solidaire et basée sur l'intérêt général » Débats télévisés, émissions de radio, couvertures de presse : le livre de dialogue entre Bruno Colmant, chef économiste de Degroot Petercam, et le prêtre Eric de Beukelaer, ancien proche collaborateur du cardinal Lustiger à Rome, fait un carton en Belgique (1). Il est vrai que leur conversation aborde des sujets qui nous concernent tous, au croisement de la morale et de l'économie. « Le capitalisme anglo-saxon...