Connexion
/ Inscription
Mon espace
ER - Analyses de marchés
ABONNÉS

L‘Europe est actuellement occupée à organiser sa propre incapacité

Le problème des réfugiés n’existerait pas si les États respectaient leurs propres lois et accomplissaient leurs devoirs.


Par le Docteur Leber, fondateur d’Acatis, société de gestion indépendante allemande
.

Il s’agit là de la mission originelle des États, qu’ils ne parviennent actuellement pas à mener à bien. C’est seulement grâce à l’engagement personnel de nombreux citoyens et agents de l’État que l’Allemagne fonctionne actuellement. Les politiques, par contre, se distinguent par l’absence de décisions. Leur manque de courage à prendre des décisions sur la base des lois existantes et à les appliquer est pitoyable.

Même si l’Allemagne est capable d’encaisser dur en raison de sa taille et de son ouverture d’esprit, nous arrivons toutefois à nos limites de saturation. Les capacités sont épuisées alors que le flot des réfugiés ne tarit pas. La chancelière allemande est parvenue à surmonter de nombreux problèmes avec une attitude passive, mais, cette fois-ci, elle a mal interprété l’état d’esprit de la population. Si la crise devait encore s’aggraver, il est possible que nous ayons un nouveau chancelier l’année prochaine.

Lorsque la politique reste inactive, on peut se pencher sur les faits, histoire de changer. Nous avons consulté comme banque de données le Shipping Chart Book de ABN Amro qui paraît sur une base quotidienne. Cette analyse nous donne un état réel de la conjoncture mondiale. On y trouve quelques réponses à de grandes thématiques touchant actuellement l’économie mondiale : la question de l’évolution de la conjoncture et du prix du pétrole.

Vue sous l’angle des ventes d’automobiles, la demande des consommateurs évolue positivement :
- Les ventes automobiles dans l’UE sont inférieures de près de 20% à la valeur médiane des années 2000 à 2007 et se redressent à petits pas depuis 2013.
- Les ventes automobiles aux États-Unis affichent une hausse forte et régulière depuis 2009.
- Les ventes automobiles en Chine (le plus grand marché automobile du monde) se sont contractées début 2015 et semblent se redresser dans la tendance haussière normale à long terme.


La production de pétrole et son stockage sont encore trop importants :

- Les stocks de pétrole brut américains sont en train de grimper pour atteindre 500 millions de barils, soit un volume bien supérieur à la valeur médiane de 350 millions de barils qui a prévalu pendant de nombreuses années. Les stocks d’essence sont également nettement supérieurs à la moyenne en vigueur sur un horizon de plusieurs années.

- Les gros pétroliers (VLCC) sont rares parce qu’ils servent de réservoirs de pétrole brut (financés par des spéculateurs). Les tarifs des charters qui avaient atteint des taux historiques record sont en train de redescendre lentement.

- Les quantités de pétrole importées par les Américains en provenance d’Arabie Saoudite sont stables, tandis que les importations en provenance du Nigéria sont quasiment repassées à zéro puisque les États-Unis produisent eux-mêmes suffisamment de pétrole. Le Nigéria supporte donc une partie des coûts du boom du gaz de schiste américain. Les Nigérians constituent le 2ème plus grand groupe de réfugiés en Italie.

- Les importations de pétrole de la Chine sont actuellement couvertes à près de 100% par le pétrole en provenance d’Irak, une relation économique croisée intéressante.


Redressement fort possible des matières premières :

Les stocks de charbon, d’acier et de minerais ont atteint en Chine un point bas, ce qui laisserait présager un redressement imminent de ces marchés. Pour presque tous les types de bateaux de transport de biens en vrac, les tarifs charter se situent aux extrémités basses de la fourchette de prix à cinq ans. Peu de matériaux en vrac sont transportés, en l’occurrence charbon et minerai de fer, un phénomène très certainement en relation avec la Chine. Une augmentation des prix est tout à fait imaginable.

http://www.acatis.de/

 

 Comprendre l'économie durable pour s'y investir

 

Lire la suite...


Articles en relation