Connexion
/ Inscription
Mon espace

Banques Centrales : vers une divergence « très mesurée » des politiques monétaires

ER - Analyses de marchés
ABONNÉS

Par Christopher Chu, Gérant de portefeuille Asie chez UBP

Depuis le début de l’année, l’attention des investisseurs s’est essentiellement focalisée sur deux questions: la date de la première hausse de taux de la Fed et le rythme de décélération de l’économie chinoise. Ces deux aspects sont non seulement considérés comme hautement critiques, vu leur impact sur les coûts d’emprunt mondiaux, mais ils jouent également un rôle de moteur de l’activité globale. Les réunions des principales banques centrales qui ont eu lieu fin octobre - dans les pays développés et émergents - consolident une grande partie des anticipations générées cet été.

Les réunions des principales banques centrales qui se sont tenues la dernière semaine d’octobre ont de nombreuses implications et soulèvent de nouvelles questions. Si la Réserve fédérale américaine a décidé de différer sa hausse de taux, Janet Yellen a néanmoins affirmé que la situation économique restait propice à une probable hausse de taux en décembre, reflétant ainsi un changement de ton par rapport à la réunion de septembre.

La Banque centrale de Chine souhaite soutenir durablement la croissance et libéraliser les marchés financiers

De son côté, la banque centrale de Chine (PBoC) a réduit ses taux d’intérêt, soit sa 6e baisse de taux depuis novembre 2014. L’accent a été maintenu sur la croissance, l’ambition de la Chine étant de multiplier son PIB par deux pour la période de 2010 à 2020, soit, au final, un chiffre équivalent à celui des Etats-Unis à l’heure actuelle. Cela suggère un taux de croissance annuel minimum de 6,5%, un objectif réalisable. La réunion monétaire de la PBOC a également souligné l’importance de la libéralisation des marchés financiers et du soutien aux services manufacturiers du pays. La PBoC a annoncé la suppression du plafond sur les taux de dépôt, permettant une concurrence accrue parmi les banques.

Par ailleurs, l’abandon de la politique de l’enfant unique constitue une avancée sociale majeure, dans la mesure où elle permet d’apaiser les inquiétudes sur la population vieillissante du pays. Néanmoins, la préférence traditionnelle des parents pour les garçons ainsi que le déséquilibre du ratio des sexes - avec 120 garçons pour 100 filles - pèsent sur la stabilité sociale. Enfin, les implications économiques de cette mesure sont aujourd’hui limitées, puisque Pékin avait déjà autorisé les couples à avoir deux enfants à condition que l’un des deux conjoints soit lui-même un enfant unique.

En décembre, la Fed pourrait opter pour un relèvement minimal de ses taux, de l’ordre de 12,5 à 25 points de base

L’heure est donc à la divergence des politiques monétaires des deux plus grandes économies mondiales, avec, d’un côté, les Etats-Unis qui annoncent un resserrement et, de l’autre, la Chine qui préfère, elle, un assouplissement. En réalité, les deux nations reconnaissent toutefois que l’environnement mondial actuel est rigide et qu’il n’est pas en mesure de faire face à de puissantes forces contraires.

Selon notre scénario central, une hausse des taux de la Fed en décembre reste une possibilité. La Fed a en effet besoin de redorer sa crédibilité, celle-ci s’étant sensiblement dégradée cet été. Plus spécifiquement, l’une des solutions possibles serait que la Fed opère un resserrement en relevant uniquement la limite inférieure de la fourchette de taux directeurs, laquelle passerait donc de 0,0-0,25% à 0,125-0,25%.

Ainsi, Mme Yellen maintient l’éventualité d’une politique de resserrement durant l’année calendaire 2015 tout en évitant un impact significatif sur les coûts d’emprunt. Cela permettrait également à la présidente de la Fed de laisser entrevoir un processus de resserrement plus faible que pour les cycles précédents, à l’heure où un USD plus fort agit à lui seul comme un mécanisme de resserrement monétaire.

www.ubp.com

 

 Comprendre l'économie durable pour s'y investir

 

Lire la suite...


Articles en relation

ER - Analyses de marchés
ABONNES
[Abonnés] Le point de marché mensuel de Michel Lemosof

Les gérants misent… prudemment sur un retour à meilleure fortune   Plus le temps passait, plus les cours de Bourse baissaient. Les petites valeurs françaises, notamment, ont capitulé. C'est un vers de La Fontaine qui revenait à l'esprit : « Ils ne mouraient pas tous, mais tous étaient frappés. » La remontée des taux directeurs américains a sonné le glas de ce qui restait de l'optimisme chez les investisseurs à l'issue d'un exercice – annus horribilis ! – déjà marqué par nombre d'inquiétudes...

ER - Analyses de marchés
ABONNES
Annonces présidentielles : quelles conséquences fiscales et budgétaires ?

Suite à l'intervention télévisée du Président de la République le 10 décembre dernier en réponse aux protestations du mouvement des gilets jaunes, Eric Pichet, Professeur et Directeur du Mastère Spécialisé Patrimoine et Immobilier (IMPI) à KEDGE, analyse les conséquences fiscales et budgétaires de ces annonces. « Les mesures de soutien au pouvoir d'achat des actifs dès le 1er janvier 2019 s'inscrivent dans la droite ligne du projet présidentiel pour faire en sorte que le travail paie sans...

ER - Analyses de marchés
ABONNES
Le point de marché mensuel de Michel Lemosof

Les marchés face à une liquidité réduite et à une volatilité augmentée La direction des marchés ne correspond pas toujours à celle qu'attendent les investisseurs. Avec l'accalmie sur le front de la guerre commerciale sino-américaine, un mieux semblait se dessiner, mais l'arrestation de la directrice financière de Huawei a jeté le trouble. Le groupe chinois serait soupçonné d'avoir enfreint les sanctions américaines contre l'Iran… Des actifs pestiférés « Deux préoccupations majeures se sont...

ER - Analyses de marchés
ABONNES
Les conséquences du Brexit pour le secteur financier français et européen

Extrait du discours de François Villeroy de Galhau, Gouverneur de la Banque de France et Président de l'ACPR. Mesdames et Messieurs, … Je salue l'accord qui a été trouvé la semaine dernière entre les négociateurs européens et britanniques et nous espérons tous que celui-ci franchira les prochaines étapes jusqu'à sa finalisation. Mais dans un contexte encore incertain, la prudence s'impose : même si nous ne la souhaitons pas, nous devons aussi nous préparer à faire face à une situation...