Connexion
/ Inscription
Mon espace

Une conjonction de facteurs favorables aux marchés actions européens

ER - Analyses de marchés
ABONNÉS

Par Nicolas Chéron, Stratégiste chez CMC Markets France

Dans la continuité de leur très belle progression au mois d’octobre, le mois le plus profitable depuis avril 2009 pour l’indice CAC 40, les marchés boursiers ont clôturé la semaine passée dans le vert (+1,46% pour l’Eurostoxx50 sur les 5 dernières séances). La hausse se réalise sans volumes excessifs, le mouvement apparait linéaire, sans exagération. Force est de constater une transition d’un « marché de peur » en août et septembre derniers à une euphorie contrôlée aujourd’hui.

Le contact des 5 000 points sur le CAC 40, de nature à entretenir l’optimisme des investisseurs
La proximité de ce « seuil psychologique » est susceptible d’entretenir le sentiment positif des investisseurs dans les prochaines séances. Sur le plan des publications macroéconomiques, les investisseurs seront attentifs aux chiffres de la production industrielle (à paraître jeudi), du PIB (à paraître vendredi, 1ère estimation pour le 3ème  trimestre) et de la balance commerciale (à paraître vendredi) en zone euro.

L’optimisme des opérateurs de marché est encouragé par la conjonction de facteurs toujours favorables aux actions. Le discours rassurant des banques centrales (BCE, Banque de Chine et même la Fed dont la communication est plus lisible) au cours des dernières semaines reste à l’esprit des investisseurs, tandis que les résultats d’entreprises, de part et d’autre de l’Atlantique, sont de plutôt bonne facture (Société Générale, Legrand, Solocal, Euronext, Nvidia, Walt Disney, pour ne citer que les résultats publiés récemment).

Toutefois, les quelques déceptions (Crédit Agricole) incitent les investisseurs à rester sélectifs dans leurs choix de valeurs. Nous sommes typiquement dans une configuration de marché de « stock-picking », les investisseurs sont optimistes mais raisonnables, les achats de titres ne sont pas effrénés ou sans distinction.

En Europe, les résultats trimestriels confortent l’idée que l’ « alignement des planètes », entre faiblesse relative de l’euro, cours pétroliers stabilisés mais encore très bas et environnement monétaire ultra-accommodant, a porté ses fruits au cours des derniers mois. Cet environnement favorable se manifeste concrètement dans les bilans de sociétés. Cela a profité à la croissance des marges bénéficiaires, une tendance qui devrait enfin être mieux pricée dans le cours des actifs boursiers européens, jusqu’ici globalement sous-valorisés (non seulement par rapport à leurs niveaux historiques, mais aussi par rapport aux actifs des autres régions du monde, en particuliers américains).

L’interprétation des données macroéconomiques américaines est plus saine, les « bonnes nouvelles » semblent à nouveau saluées en bourse
La publication des chiffres de l’emploi américain, vendredi, a été saluée par les investisseurs. Les créations d’emploi pour le mois d’octobre sont ressorties très supérieures aux attentes, s’établissant à 271 000. Leur progression est la plus significative depuis décembre 2014. Le taux de chômage s’établit à 5%, le plus faible niveau depuis plus de sept ans.

La réaction des intervenants de marchés, suite à la publication de ces chiffres, semble indiquer une lecture différente d’il y a quelques mois : les « bonnes nouvelles » macroéconomiques aux Etats-Unis ne sont plus systématiquement de « mauvaises nouvelles » pour les marchés boursiers, qui ne craignent plus vraiment le resserrement – inéluctable et nécessaire – de la Réserve fédérale. Cela prouve que la normalisation monétaire américaine est désormais pleinement intégrée dans l’esprit des investisseurs et dans les cours de bourse. L’interprétation des « newsflows » économiques est, de fait, plus saine.

Compte tenu de la bonne tenue des chiffres macroéconomiques américains, la probabilité de voir la Fed relever ses taux à l’occasion de la réunion de décembre est encore plus forte. Janet Yellen avait manqué une bonne occasion de prendre cette décision en juin dernier, alors que les conditions semblaient réunies.

Cette fois, elle franchira le pas !

http://www.cmcmarkets.fr/

 

 Comprendre l'économie durable pour s'y investir

 

Lire la suite...


Articles en relation

ER - Analyses de marchés
ABONNES
Le point de marché mensuel de Michel Lemosof

Les gérants s'attendent à un bon millésime boursier 2019 Comme soulagés par le rebond des marchés de début d'année, les gestionnaires d'actifs financiers redoublent d'ardeur dans la diffusion de commentaires de marché et de prises de position. D'où il ressort que la politique et les banques centrales mènent le bal. L'ambiance est plutôt à l'optimisme. Reflation financière La Réserve fédérale américaine a donné un nouveau coup de pouce à l'humeur du marché en annonçant son intention de freiner...

ER - Analyses de marchés
ABONNES
Nouveau rapport des PRI sur l'investissement responsable dans la dette privée

Les Principes pour l'investissement responsable (PRI) publient « Spotlight on Responsible Investment in Private Debt », un nouveau rapport dont l'objectif est de fournir des grandes lignes directrices et des études de cas sur les meilleures pratiques en termes de mise en œuvre de l'investissement responsable dans le domaine de la dette privée.  Récemment considérée comme une classe d'actifs à part entière, la dette privée recouvre un large éventail de stratégies d'investissement. Parmi les 50...

ER - Analyses de marchés
ABONNES
Que réserve 2019 en matière d'investissement responsable ?

L'intérêt des investisseurs pour l'informatique en nuage, l'apprentissage automatique et le potentiel encore relativement peu exploité de la science des données s'accroît rapidement. Dans un secteur sujet à de profonds changements, la science des données est, grâce aux possibilités qu'elle offre et aux efficiences qu'elle génère, à même de jouer un rôle important. Un commentaire d'Iain Richards, Head of Governance & Responsible Investment chez Columbia Threadneedle Investments Tandis que...

ER - Analyses de marchés
ABONNES
Le point de marché mensuel de Michel Lemosof

Les problèmes qui ont fait chuter les marchés financiers en 2018 n'ont pas disparu d'un coup de baguette magique ! La récession n'est pas au coin de la rue et les indices ont plus baissé que les révisions de résultats des entreprises. Mais l'appétit pour le risque a du mal à se frayer un chemin dans un environnement manquant de visibilité. Luca Paolini, économiste en chef chez Pictet Asset Management, rappelle qu'il est généralement judicieux de se prémunir contre le risque d'événements...