Connexion
/ Inscription
Mon espace

L’Europe fait fi de la tourmente asiatique

ER - Analyses de marchés
ABONNÉS

Par Nicolas Chéron, Stratégiste chez CMC Markets

Le ralentissement chinois continu sa course avec une chute de 13,8% des importations contre 8,1% attendus. Etant donné ces statistiques la croissance du PIB du troisième trimestre en Chine devrait passer sous la barre des 7% comme de nombreux économistes l’envisagent. Malgré tout, l’indice Chinois a terminé dans le vert ce jour à +2,9%, après une hausse rapide de 5% dans les dernières heures de cotation. Peut-être que les plus de 200 Milliards mis sur la table par le gouvernement afin de soutenir le marché action commencent à faire effet.

La première victime de la décélération Chinoise est bien évidemment son voisin le Japon dont le PIB est ressorti en baisse de 1,2% cette nuit alors que le consensus attendait -1,8%. Ce chiffre inférieur aux attentes n’aura pas réussi à maintenir l’appétit pour le risque, la bourse de Tokyo a terminé en baisse de 2,4% sur la séance et passe ainsi dans le rouge en 2015. Il va potentiellement être grand temps que Shinzo Abe se pose la question d’augmenter son quantitative easing pour artificiellement supporter les cours des actions nippones.

Du côté européen, les dépenses publiques ainsi que le PIB sont ressortis supérieurs aux attentes. La stabilité européenne est devenue appréciable alors que le moteur asiatique s'enraie. Aussi, les opérateurs se sont concentrés sur la bonne tenue du marché chinois et restent inscrits dans le processus de reprise haussière initié après la forte chute du lundi 24 août.

Techniquement, le CAC40 s’inscrit à moyen terme dans une figure d’élargissement. Suite au test de la borne basse un retour vers les moyennes mobiles est en train de s’opérer. Etant donné l’appétit pour le risque, les 4700 pourraient être testés dans les séances à venir. En cas de dépassement de ce seuil, la zone des 4850/4900 pourrait alors être à la clé. A contrario, un maintien des cours dans le range 4500/4700 perdurerait.

http://www.cmcmarkets.fr/

 

 Comprendre l'économie durable pour s'y investir

 

 

Lire la suite...


Articles en relation

ER - Analyses de marchés
ABONNES
[Abonnés] Le point de marché mensuel de Michel Lemosof

Les gérants misent… prudemment sur un retour à meilleure fortune   Plus le temps passait, plus les cours de Bourse baissaient. Les petites valeurs françaises, notamment, ont capitulé. C'est un vers de La Fontaine qui revenait à l'esprit : « Ils ne mouraient pas tous, mais tous étaient frappés. » La remontée des taux directeurs américains a sonné le glas de ce qui restait de l'optimisme chez les investisseurs à l'issue d'un exercice – annus horribilis ! – déjà marqué par nombre d'inquiétudes...

ER - Analyses de marchés
ABONNES
Annonces présidentielles : quelles conséquences fiscales et budgétaires ?

Suite à l'intervention télévisée du Président de la République le 10 décembre dernier en réponse aux protestations du mouvement des gilets jaunes, Eric Pichet, Professeur et Directeur du Mastère Spécialisé Patrimoine et Immobilier (IMPI) à KEDGE, analyse les conséquences fiscales et budgétaires de ces annonces. « Les mesures de soutien au pouvoir d'achat des actifs dès le 1er janvier 2019 s'inscrivent dans la droite ligne du projet présidentiel pour faire en sorte que le travail paie sans...

ER - Analyses de marchés
ABONNES
Le point de marché mensuel de Michel Lemosof

Les marchés face à une liquidité réduite et à une volatilité augmentée La direction des marchés ne correspond pas toujours à celle qu'attendent les investisseurs. Avec l'accalmie sur le front de la guerre commerciale sino-américaine, un mieux semblait se dessiner, mais l'arrestation de la directrice financière de Huawei a jeté le trouble. Le groupe chinois serait soupçonné d'avoir enfreint les sanctions américaines contre l'Iran… Des actifs pestiférés « Deux préoccupations majeures se sont...

ER - Analyses de marchés
ABONNES
Les conséquences du Brexit pour le secteur financier français et européen

Extrait du discours de François Villeroy de Galhau, Gouverneur de la Banque de France et Président de l'ACPR. Mesdames et Messieurs, … Je salue l'accord qui a été trouvé la semaine dernière entre les négociateurs européens et britanniques et nous espérons tous que celui-ci franchira les prochaines étapes jusqu'à sa finalisation. Mais dans un contexte encore incertain, la prudence s'impose : même si nous ne la souhaitons pas, nous devons aussi nous préparer à faire face à une situation...