Connexion
/ Inscription
Mon espace

Si elle se maintenait, la baisse du prix du pétrole affecterait les perspectives d’inflation

ER - Analyses de marchés
ABONNÉS

L’analyse de Christophe Morel, Chef économiste chez Groupama AM 

L’essentiel de la baisse du prix du pétrole depuis le début juillet est lié à l’offre (accord avec l’Iran, hausse de la production américaine) et non à la demande (questionnement sur la croissance chinoise). En effet, si la baisse du prix du pétrole relevait de la demande, elle se traduirait aussi dans le prix des matières premières industrielles. Force est de constater qu’à l’instar de l’épisode de baisse de l’automne 2014, la diminution récente du prix des matières premières industrielles est sans commune mesure avec celle du prix du pétrole.

Le déséquilibre sur le marché du pétrole a encore augmenté : l’offre mondiale progresse toujours plus dynamiquement que la demande. L’excès d’offre mondiale par rapport à la demande s’établit désormais entre 1,5 et 2 millions de barils par jour et peut justifier un baril entre 45 et 50$. La « surprise » vient du fait que la production américaine n’a pour le moment pas baissé, et elle a même sensiblement augmenté.

Depuis 3 ans, cette hausse a contribué pour 2/3 à l’augmentation de l’offre mondiale. A demande inchangée, une résorption du déséquilibre sur le marché mondial suppose forcément un ajustement de l’offre américaine. En supposant que l’ajustement se concentre uniquement aux États-Unis, il faudrait donc que la production US baisse de près de 20% (c’est-à-dire qu’elle revienne sur son niveau de début 2014) pour que le prix du pétrole remonte. Si la production américaine ne corrige pas suffisamment, le risque est même encore baissier.

A court terme, il n’est pas sûr que l’offre américaine s’ajuste pour des raisons climatiques et de coût de production.  A moyen terme, cela devrait pourtant survenir au vue de l’exceptionnel ajustement de l’investissement dans le secteur de l’exploration minière de près de 70% en rythme annualisé sur le 1ersemestre ! Hors énergie, l’investissement aux États-Unis a progressé sur le même rythme qu’en 2014 traduisant là un choc spécifique sur l’industrie américaine. De ce point de vue, il est crucial d’accorder une grande importance à l’enquête de conjoncture dans la Région de Kansas pour diagnostiquer les signes de stabilisation.

Puisqu’il ne s’agit pas d’un « impact de la demande », cette baisse du prix du pétrole constitue donc à terme un « choc d’offre positif ».Toutefois, à court terme, cette variation du prix du pétrole entretient la volatilité et alimente de fait l’incertitude. Évidemment, si elle se maintient, la baisse du prix du pétrole affecterait les perspectives d’inflation.  

Ainsi, si le prix du pétrole WTI se maintient à 46$, cela nous conduirait à abaisser notre prévision d’inflation :
- en Zone euro : de 1/10ème en 2015 et 2/10ème en 2016
- aux États-Unis : 2/10ème en 2015 et 3/10ème  en 2016

Plus d’informations : http://www.groupama-am.fr/fre/

 

 Comprendre l'économie durable pour s'y investir

 

Lire la suite...


Articles en relation

ER - Analyses de marchés
ABONNES
De la bonne valorisation des entreprises non cotées, par Edulis

« En l'absence de marché organisé et de liquidité suffisante, s'interroge Philippe Lagarde, directeur général d'Edulis (spécialiste de l'accompagnement des PME de croissance et du conseil aux investisseurs), comment valoriser correctement une entreprise non cotée ? » Et de fournir des pistes.   Trois approches Valoriser une PME non cotée implique le suivi de critères objectifs afin de parvenir à un « légitime » équilibre et de fédérer les parties autour d'un projet ou d'une transaction....

ER - Analyses de marchés
ABONNES
[Abonnés] Le point de marché mensuel de Michel Lemosof

Les gérants misent… prudemment sur un retour à meilleure fortune   Plus le temps passait, plus les cours de Bourse baissaient. Les petites valeurs françaises, notamment, ont capitulé. C'est un vers de La Fontaine qui revenait à l'esprit : « Ils ne mouraient pas tous, mais tous étaient frappés. » La remontée des taux directeurs américains a sonné le glas de ce qui restait de l'optimisme chez les investisseurs à l'issue d'un exercice – annus horribilis ! – déjà marqué par nombre d'inquiétudes...

ER - Analyses de marchés
ABONNES
Annonces présidentielles : quelles conséquences fiscales et budgétaires ?

Suite à l'intervention télévisée du Président de la République le 10 décembre dernier en réponse aux protestations du mouvement des gilets jaunes, Eric Pichet, Professeur et Directeur du Mastère Spécialisé Patrimoine et Immobilier (IMPI) à KEDGE, analyse les conséquences fiscales et budgétaires de ces annonces. « Les mesures de soutien au pouvoir d'achat des actifs dès le 1er janvier 2019 s'inscrivent dans la droite ligne du projet présidentiel pour faire en sorte que le travail paie sans...

ER - Analyses de marchés
ABONNES
Le point de marché mensuel de Michel Lemosof

Les marchés face à une liquidité réduite et à une volatilité augmentée La direction des marchés ne correspond pas toujours à celle qu'attendent les investisseurs. Avec l'accalmie sur le front de la guerre commerciale sino-américaine, un mieux semblait se dessiner, mais l'arrestation de la directrice financière de Huawei a jeté le trouble. Le groupe chinois serait soupçonné d'avoir enfreint les sanctions américaines contre l'Iran… Des actifs pestiférés « Deux préoccupations majeures se sont...