Connexion
/ Inscription
Mon espace

Les marchés financiers reflètent de moins en moins les réalités économiques

ER - Analyses de marchés
ABONNÉS

Tel est le point de vue de Guy Wagner, chief investment officer de la Banque de Luxembourg, et de son équipe, publiée dans l’analyse mensuelle, les ‘Highlights’.

L’absence d’un accord entre la Grèce et ses créanciers a pesé sur les marchés boursiers en juin. Le S&P 500 aux Etats-Unis, le Stoxx 600 en Europe, le Topix au Japon et le MSCI Emerging Markets ont tous baissé. « Cette baisse illustre à quel point les marchés financiers deviennent de plus en plus tributaires de décisions politiques alors qu’ils reflètent de moins en moins les réalités économiques », affirme Guy Wagner. « Tant que des stratégies de chantage comme celles observées dans les négociations entre la Grèce et ses créanciers ne conduisent pas à une déstabilisation généralisée du système financier, les actions devraient garder la faveur des investisseurs en raison de l’absence de perspectives d’une augmentation des rendements sur les marchés monétaires et obligataires. »

La conjoncture mondiale évolue peu et n’affiche ni de signes majeurs d’accélération ni de ralentissement :
- Aux Etats-Unis, l’activité se normalise après la faiblesse de début d’année.
- En Europe, l’activité conjoncturelle s’améliore légèrement en raison de la faiblesse de l’euro sans pour autant afficher une reprise significative.
- Au Japon, l’économie continue à faire du surplace.
- Dans les pays émergents, la faiblesse se poursuit dans plusieurs économies majeures, comme la Chine, le Brésil et la Russie.

Le taux d’inflation de la zone euro devrait rester positif dans les mois à venir
Suite à la stabilisation des prix pétroliers, les taux d’inflation consolident à de faibles niveaux. Aux Etats-Unis, l’inflation est passée de -0,2  en avril à 0% en mai. Dans la zone euro, le taux d’inflation reste en territoire positif, s’établissant à +0,2% en juin par rapport à +0,3% en mai. « En l’absence d’une rechute des prix pétroliers, le taux d’inflation de la zone euro devrait rester positif dans les mois à venir », pense Guy Wagner.

Les taux longs des pays cœur de la zone euro restent à des niveaux peu attrayants
En juin, le mouvement de hausse des taux longs entamé fin avril s’est poursuivi. La remontée des rendements obligataires touchait davantage la périphérie que les pays cœur de la zone euro en raison du sort incertain de la Grèce. Sur l’ensemble du mois, le taux de l’emprunt d’Etat à 10 ans a augmenté en Allemagne, en Italie, en Espagne et aux Etats-Unis. « Malgré leur remontée, les taux longs des pays cœur de la zone euro restent à des niveaux peu attrayants. Les obligations d’Etat américaines demeurent la seule alternative valable dans les pays industrialisés, étant donné qu’elles disposent encore d’un potentiel d’appréciation si les pressions déflationnistes reprennent le dessus », commente l’économiste luxembourgeois.

Une sortie éventuelle de la Grèce de la zone euro n’inquiète plus les marchés
Malgré les incertitudes grecques, l’euro s’est légèrement raffermi en juin. Une sortie éventuelle de la Grèce de la zone euro ne semble plus inquiéter les marchés outre mesure, étant donné que le risque de contagion aux autres pays périphériques est faible.
Pour Guy Wagner : « Malgré la stabilisation récente de l’euro, la tendance haussière du dollar entamée en mai 2014 devrait se poursuivre aussi longtemps qu’une hausse des taux américains au cours de la deuxième moitié de l’année restera le scénario le plus probable. »

http://www.banquedeluxembourg.com/

 

 Comprendre l'économie durable pour s'y investir

 

Lire la suite...


Articles en relation

ER - Analyses de marchés
ABONNES
Nouveau rapport des PRI sur l'investissement responsable dans la dette privée

Les Principes pour l'investissement responsable (PRI) publient « Spotlight on Responsible Investment in Private Debt », un nouveau rapport dont l'objectif est de fournir des grandes lignes directrices et des études de cas sur les meilleures pratiques en termes de mise en œuvre de l'investissement responsable dans le domaine de la dette privée.  Récemment considérée comme une classe d'actifs à part entière, la dette privée recouvre un large éventail de stratégies d'investissement. Parmi les 50...

ER - Analyses de marchés
ABONNES
Que réserve 2019 en matière d'investissement responsable ?

L'intérêt des investisseurs pour l'informatique en nuage, l'apprentissage automatique et le potentiel encore relativement peu exploité de la science des données s'accroît rapidement. Dans un secteur sujet à de profonds changements, la science des données est, grâce aux possibilités qu'elle offre et aux efficiences qu'elle génère, à même de jouer un rôle important. Un commentaire d'Iain Richards, Head of Governance & Responsible Investment chez Columbia Threadneedle Investments Tandis que...

ER - Analyses de marchés
ABONNES
Le point de marché mensuel de Michel Lemosof

Les problèmes qui ont fait chuter les marchés financiers en 2018 n'ont pas disparu d'un coup de baguette magique ! La récession n'est pas au coin de la rue et les indices ont plus baissé que les révisions de résultats des entreprises. Mais l'appétit pour le risque a du mal à se frayer un chemin dans un environnement manquant de visibilité. Luca Paolini, économiste en chef chez Pictet Asset Management, rappelle qu'il est généralement judicieux de se prémunir contre le risque d'événements...

ER - Analyses de marchés
ABONNES
De la bonne valorisation des entreprises non cotées, par Edulis

« En l'absence de marché organisé et de liquidité suffisante, s'interroge Philippe Lagarde, directeur général d'Edulis (spécialiste de l'accompagnement des PME de croissance et du conseil aux investisseurs), comment valoriser correctement une entreprise non cotée ? » Et de fournir des pistes.   Trois approches Valoriser une PME non cotée implique le suivi de critères objectifs afin de parvenir à un « légitime » équilibre et de fédérer les parties autour d'un projet ou d'une transaction....