Connexion
/ Inscription
Mon espace

Institutionnels européens : des pratiques ESG plus formalisées pour mieux maîtriser les risques à long terme.

ER - Analyses de marchés
ABONNÉS

Novethic publie les résultats de son enquête annuelle sur la prise en compte de critères ESG par les investisseurs institutionnels européens, avec le soutien de BNP Paribas Investment Partners. Pour cette enquête, Novethic a interrogé 115 dirigeants des principales institutions financières dans 11 pays, détenant au total 4 470 Mds€ d’actifs. Au-delà de leurs perceptions, l’enquête s’est concentrée sur leurs pratiques pour mieux comparer la façon dont ils intègrent des critères

Près d’un tiers du panel met en avant la maitrise des risques de long terme pour justifier la prise en compte de critères ESG. Ce phénomène, en hausse constante depuis trois ans, prend de l’importance au détriment d’un objectif plus général de contribution au développement durable.

Des pratiques visant à influencer les entreprises. L’enquête témoigne de la grande hétérogénéité de pratiques d’investissement responsable chez les investisseurs interrogés. Les exclusions normatives sont la pratique dominante puisque 57% d’entre eux déclarent avoir mis en place des listes excluant des entreprises à l’origine de violations graves des droits humains et de dégradations majeures de l’environnement : l’exclusion la plus répandue est celle des armes controversées (mines antipersonnel et bombes à sous-munitions) ; les exclusions sectorielles d’ordre éthique (tabac, alcool, armement, etc.), sont mises en œuvre par 47% des investisseurs.

Des politiques consolidées et plus transparentes. Le nombre d’institutions ayant une charte ou une politique d’investissement responsable formalisée est passé de 42% en 2011 à 61% en 2012 et elles sont près de 20% à souhaiter s’en doter dans l’année à venir.

En ce qui concerne les classes d’actifs sur lesquelles les investisseurs déploient des critères ESG, ils le font systématiquement pour 54% de leurs encours actions, 45% de leurs encours obligataires entreprises et 31% pour leurs encours obligataires souverains. 

 

Lire la suite...


Articles en relation