Connexion
/ Inscription
Mon espace

Les salariés seniors inquiets pour leur retraite

ER - Patrimoine et placements
ABONNÉS

Beaucoup seraient prêts à continuer de travailler au-delà de l’âge légal

Les seniors en emploi s’inquiètent pour l’avenir des retraites complémentaires et anticipent une baisse du taux de remplacement, 30% profitant d’un dispositif d’épargne retraite entreprise. Ils intègrent très progressivement la limite de 62 ans comme âge idéal de départ à la retraite. Mais 1 sur 4 compte jouer les prolongations au-delà du taux plein. En attendant, leurs conditions de travail leur apparaissent toujours défavorables.


1/ Inquiétude sur le taux de remplacement et retraite complémentaire

L’incertitude qui pèse sur le devenir de l’Agirc et de l’Arrco inquiète les futurs retraités, alors qu’une nouvelle réunion des partenaires sociaux sur les mesures de réduction du déficit de ces caisses de retraite complémentaire est prévue le 22 juin
- Les salariés seniors interrogés dans le cadre du Baromètre Seniors en Entreprise, réalisé chaque année par Entreprise & Carrières, Notretemps.com et Groupe Menway, se disent à 84% « personnellement préoccupés ».
- Beaucoup anticipent une baisse du taux de remplacement et plus du quart ont souscrit un plan d’épargne retraite populaire (Perp).
- Mais 31% disent aussi bénéficier d’un dispositif d’entreprise (Perco ou retraite sur-complémentaire) et, dans 67% des cas, l’employeur participe à cette épargne.


2/ Age de départ souhaité : 60 ans, un marqueur qui s’estompe

- Si 60 ans reste l’âge de départ souhaité le plus cité par les salariés seniors, cette limite ne cesse de reculer : elle fédère 55% des réponses cette  année, soit 5 points de moins qu’en 2014. À l’inverse, 14% des seniors ont cité 62 ans, contre 8% l’année dernière.
- Les seniors sont de mieux en mieux informés sur la retraite : ils ne sont plus que 16% à ignorer l’âge d’obtention de leur taux plein, contre un quart d’entre eux en 2012. 30% ont reçu une information ou un bilan retraite au sein de leur entreprise (4 points de plus qu’en 2014).
- Un quart d’entre eux envisagent de poursuivre leur activité, notamment en bénéficiant du cumul emploi-retraite (40%) ou en n’exerçant pas leur droit à retraite et en restant chez leur employeur (43%).


3/ Un management toujours défaillant

- Après une très légère amélioration en 2014, la situation des seniors en emploi n’a guère évolué cette année : 73% n’ont pas bénéficié d’un bilan de carrière, pourtant obligatoire ; depuis trois ans, la moitié n’ont pas reçu de formation, les trois quarts n’ont pas changé de poste ou de mission et 70% n’ont pas eu d’augmentation individuelle.
- Note d’optimisme : Si 51% jugent leurs conditions de travail difficiles ou assez difficiles et un tiers ont le sentiment qu’il existe un harcèlement moral en raison de l’âge dans leur entreprise, ces taux sont en recul de 4 à 5 points par rapport à 2014.

Plus d’informations :
http://www.wolterskluwerfrance.fr/communique_presse/17e-barometre-seniors-en-entreprise/

 

 Comprendre l'économie durable pour s'y investir

 

Lire la suite...


Articles en relation