Connexion
/ Inscription
Mon espace

La convoitise et le retour des OPA

ER - Analyses de marchés
ABONNÉS

Billet mensuel du Docteur Leber, fondateur d’Acatis, société de gestion indépendante allemande.

La convoitise refait lentement son apparition sur les marchés financiers. Les banques centrales des trois grands espaces économiques injectent de l’argent et l’offrent à des taux pratiquement nuls. L’argent bon marché est utilisé par les ménages et par l’économie, mais pas sous la forme de crédits. Seuls les gouvernements aspirent les capitaux excédentaires et les consomment sous la forme de déficits budgétaires financés par crédit.
En revanche, les ménages et les sociétés investissent peu et consomment modérément, et surtout pas à crédit. Ils assainissent leur bilan grâce à l'épargne (constitution d’actifs liquides, diminution des dettes). Les sociétés se dotent d’importantes réserves de liquidités et rachètent à tour de bras leurs propres actions.

Nous entrons maintenant dans la phase où l’argent bon marché est utilisé pour l’achat d’actions extérieures ; à savoir par le biais d’OPA. Nous le constatons par le fait que les actions nous sont comme arrachées des mains dans le cadre d'OPA :
- Aux Etats-Unis, dans le secteur de la bio-pharmacie, c’est actuellement le cas du titre Bio-Reference Labs qui a connu une vigoureuse hausse dans les premiers jours de juin en raison d’une OPA lancée par la multinationale OPKO.
- Scénario similaire pour la compagnie d’assurances Aetna (+46% en 2015) qui va éventuellement fusionner avec son concurrent Humana.
- Une OPA a également été lancée sur TNT Express, qui est une participation de PostNL (+36%).
- De même, la séparation du conglomérat de Hong-Kong, Cheung Kong en deux entités (Cheung Kong Property Holdings et CK Hutchison Holdings) a stimulé le cours du titre.

Ce sont les indicateurs typiques du début d’une bulle spéculative. L’argent n’est pas investi chez soi mais dans des entreprises extérieures.
Mais, comme nous l’avons souvent constaté : tant qu’il n’y a pas de prix d'acquisition excessifs (cf. KKR - Beatrice Foods, Vodafone-Mannesmann), le pic d’une bulle est encore loin d’être atteint. 

Autre indicateur d’avidité : les introductions en Bourse s’enchaînent à un rythme quasi quotidien. Il y avait longtemps que cela ne s’était plus produit.

http://www.acatis.de/

 

 Comprendre l'économie durable pour s'y investir

 

Lire la suite...


Articles en relation

ER - Analyses de marchés
ABONNES
Annonces présidentielles : quelles conséquences fiscales et budgétaires ?

Suite à l'intervention télévisée du Président de la République le 10 décembre dernier en réponse aux protestations du mouvement des gilets jaunes, Eric Pichet, Professeur et Directeur du Mastère Spécialisé Patrimoine et Immobilier (IMPI) à KEDGE, analyse les conséquences fiscales et budgétaires de ces annonces. « Les mesures de soutien au pouvoir d'achat des actifs dès le 1er janvier 2019 s'inscrivent dans la droite ligne du projet présidentiel pour faire en sorte que le travail paie sans...

ER - Analyses de marchés
ABONNES
Le point de marché mensuel de Michel Lemosof

Les marchés face à une liquidité réduite et à une volatilité augmentée La direction des marchés ne correspond pas toujours à celle qu'attendent les investisseurs. Avec l'accalmie sur le front de la guerre commerciale sino-américaine, un mieux semblait se dessiner, mais l'arrestation de la directrice financière de Huawei a jeté le trouble. Le groupe chinois serait soupçonné d'avoir enfreint les sanctions américaines contre l'Iran… Des actifs pestiférés « Deux préoccupations majeures se sont...

ER - Analyses de marchés
ABONNES
Les conséquences du Brexit pour le secteur financier français et européen

Extrait du discours de François Villeroy de Galhau, Gouverneur de la Banque de France et Président de l'ACPR. Mesdames et Messieurs, … Je salue l'accord qui a été trouvé la semaine dernière entre les négociateurs européens et britanniques et nous espérons tous que celui-ci franchira les prochaines étapes jusqu'à sa finalisation. Mais dans un contexte encore incertain, la prudence s'impose : même si nous ne la souhaitons pas, nous devons aussi nous préparer à faire face à une situation...

ER - Acteurs du secteur financier
ABONNES
[Les entretiens d'Esteval] Bruno Colmant, Degroof Petercam

« Nous devons retrouver une économie solidaire et basée sur l'intérêt général » Débats télévisés, émissions de radio, couvertures de presse : le livre de dialogue entre Bruno Colmant, chef économiste de Degroot Petercam, et le prêtre Eric de Beukelaer, ancien proche collaborateur du cardinal Lustiger à Rome, fait un carton en Belgique (1). Il est vrai que leur conversation aborde des sujets qui nous concernent tous, au croisement de la morale et de l'économie. « Le capitalisme anglo-saxon...