Connexion
/ Inscription
Mon espace

Etude mondiale sur les investisseurs et les fonds

ER - Patrimoine et placements
ABONNÉS

Dans ce rapport, la France a obtenu la note C.

Le Global Fund Investor Experience Report, publié par Morningstar France Fund Information, évalue les expériences vécues par les investisseurs achetant des fonds dans 25 pays à travers l'Amérique du Nord, l'Europe, l'Asie et l'Afrique. Les chercheurs de Morningstar ont distingué la Corée et les États-Unis comme les marchés les plus favorables aux investisseurs, alors que la Chine apparaît comme le marché le moins favorable aux investisseurs.

Chaque pays est évalué sur la base de quatre catégories qui sont ensuite pondérées en vue de calculer une note globale :
- la réglementation et la fiscalité
- la transparence
- les frais et commissions
- la commercialisation et les supports de communication

Les chercheurs de Morningstar préfèrent généralement
- une réglementation active des fonds  
- une faible fiscalité à la charge de l'investisseur
- plus de transparence; des frais faibles  
- un système de distribution de fonds ouvert  
- des supports de communication locaux permettant d'informer les investisseurs sur les choix existants.

Morningstar attribue à chaque pays une note/lettre pour chacune des quatre catégories et synthétise les notes sous-jacentes dans une note globale pour le pays concerné. L'analyse est basée sur des informations provenant de sources accessibles au public, les données dont dispose Morningstar et les contributions des experts de Morningstar situés dans les différents bureaux à travers le monde.

Pour Thomas Lancereau, CFA, Directeur de la Recherche Gestion d’Actifs, Morningstar France : «  L'objectif de ce rapport est d'améliorer l'expérience vécue par les investisseurs en examinant le traitement des porteurs de parts des fonds dans les différents pays, et d’apporter notre contribution au débat sur les meilleures pratiques. Chaque marché que nous avons examiné présente des possibilités d'amélioration, et nous espérons que notre recherche sur l'expérience des investisseurs dans les fonds dans le monde servira de catalyseur à des changements positifs ».


Concernant la France, principaux points mis en avant par l’enquête :
- Pénalisée par son manque de transparence par rapport à d’autres pays sur la communication des inventaires de portefeuille au public, la France obtient la note C
- La réglementation est comparable aux autres pays suivant la directive UCITS mais la pratique des « Soft Dollars » y est peu répandue ce qui est un point positif.
- Les frais sont également comparables à la plupart des autres pays étudiés mais la note de la France est négativement affectée car  d’autres pays ont interdit les rétrocessions, ce qui n’est pas le cas en France.


Notes globales de chaque pays de la plus forte à la plus faible et par ordre alphabétique :

Corée : A
États-Unis : A
Pays Bas : A-
Taïwan : A-
Royaume-Uni : B+
Suède : B
Australie : B-
Danemark : B-
Finlande : B-
Norvège : B-
Suisse : B-
Canada : C+
Allemagne : C+
Inde : C+
Nouvelle Zélande : C+
Thaïlande : C+
Belgique : C
France : C
Hong Kong : C
Singapour : C
Afrique du Sud : C
Espagne : C
Italie : C-
Japon : C-
Chine: D+ *

Nouveauté cette année : Morningstar a incorporé l'indice mondial de la liberté de la presse (The World Press Freedom Index) dans son évaluation des supports accompagnant la commercialisation. Reporters sans frontières, organisation internationale sans but lucratif, publie cet indice chaque année : il mesure la liberté de l'information dans 180 pays.
Morningstar a également ajouté une analyse quantitative sur la périodicité des rapports sur la gestion des portefeuilles dans la catégorie sur la transparence. Et pour la première fois l'expérience des investisseurs a été étudiée en Finlande.


Parmi les autres conclusions du rapport 2015, on note :

La Corée a obtenu un A en raison de l'amélioration de ses pratiques en matière de commercialisation, après un B + en 2013.
Les États-Unis ont obtenu le score le plus élevé de A pour la 4ème fois, alors que ce pays bénéficie de frais relativement faibles et d'une grande transparence, les notes des catégories concernant la commercialisation et les supports de communication sont moyennes.
Les Pays-Bas ont progressé à la note A- en 2015, après un B en 2013, grâce aux améliorations observées dans les domaines des frais et commissions, de la commercialisation et des supports de communication en partie liées à l'interdiction récente des rétro-commissions aux conseillers financiers.
La Finlande a obtenu une note de B-, reflétant des pratiques cohérentes avec la réglementation pan-européenne.

*La Chine a obtenu la note la plus faible, D +, à cause de frais élevés, de restrictions sur les investissements à l'étranger et sur les fonds domiciliés à l'étranger.

Les régulateurs ont imposé en Nouvelle-Zélande des rapports semestriels sur les titres en portefeuille, tandis que la Thaïlande envisage de passer de rapports semestriels à une périodicité trimestrielle.
L'Australie est aujourd'hui le seul marché qui n'impose pas d'obligation de publication des positions en portefeuille. L'industrie mondiale de la gestion de fonds est généralement en avance sur les exigences réglementaires, les rapports mensuels sur les titres détenus devenant aujourd'hui communs.
Presque tous les marchés ont promulgué de nouvelles réglementations ou des mises à jour de la réglementation existante sur les deux dernières années, ce qui atteste de l'engagement des régulateurs dans les domaines que Morningstar évalue dans ce rapport.
Aux États-Unis, en Australie, en Afrique du Sud, et aux Pays-Bas, les frais courants des fonds sont généralement dégroupés, ce qui tend à diminuer les frais annoncés. Mais si les investisseurs doivent payer à la fois un conseiller et une plate-forme, les coûts peuvent augmenter de 1à 1,5%.

Dans 22, les banques et les compagnies d'assurance sont désignées comme l'un des principaux canaux de commercialisation des fonds. Le 2ème vecteur de commercialisation le plus important, cité dans sept pays, est le conseiller indépendant.

Intégralité du rapport via :
http://corporate.morningstar.com/US/asp/subject.aspx?xmlfile=374.xml&filter=3101

 

 Comprendre l'économie durable pour s'y investir

 

Lire la suite...


Articles en relation