Connexion
/ Inscription
Mon espace

[Point de vue] Immobilier : Monsieur Macron fait pire que Madame Duflot

BE - Culture & Société
ABONNÉS

Quel détricotage par 3 professionnels de l’immobilier

Sylvain Elkouby de Syndicexperts.com -  Rachid Laaraj de Syneval - François Gagnon de ERA Immobilier

Le projet de loi Macron est en passe de devenir une loi. Après l’examen du texte par le Sénat à la suite de l'Assemblée Nationale, c'est désormais à une commission mixte paritaire de reprendre les dispositions sur lesquelles les deux assemblées parlementaires ne sont pas tombées d'accord. En cas d'échec, les députés auront le dernier mot. Les mesures concernant l'immobilier, porteuses de peu d'enjeux politiques par rapport à d'autres - le travail dominical par exemple - ne devraient pas subir d'évolution et il est déjà possible d'apprécier si la loi Macron aura apporté les avancées attendues. Rappelons-nous : le Premier ministre avait promis un détricotage de la loi ALUR du 24 mars 2014.


Ce détricotage est-il au rendez-vous ? Deux dispositions importantes témoignent que la promesse n'a pas été tenue.

La première reprend le principe de l'obligation de mettre en concurrence les syndics de copropriété au terme de leur mandat. Cette mesure avait défrayé la chronique: Pourquoi contraindre des copropriétaires satisfaits de leur mandataire -c'est l'écrasante majorité- à faire une mise en concurrence alors que leur souhait est de reconduire le mandat ? Pourquoi même attenter à leur liberté, lorsqu'ils choisissent un syndic, en leur imposant une procédure lourde d'appel à candidatures ? Une entreprise privée n'est-elle pas libre de choisir un prestataire sans cette procédure ? Pour Sylvain Elkouby dirigeant-fondateur de www.syndicexperts.com, « Il n’est pas utile d’imposer la lourdeur des marchés publics aux copropriétés. »

Pourtant, voilà que la future loi Macron dispose l'obligation de procéder à un appel d'offres tous les trois ans, de façon systématique. Elle dispose aussi que l'assemblée générale pourra s'exonérer de cette procédure par décision expresse un an avant l'échéance triennale. Rachid Laaraj, fondateur de Syneval se demande : « Comment les copropriétaires pourraient un an avant la fin d'un mandat être certains de ne pas vouloir faire un appel d'offres ni certains du contraire... »
Bref, Monsieur Macron fait pire que Madame Duflot : il ajoute là l'absurdité à la complexité et à la lourdeur. Son texte, fait pour libérer les énergies, retombe dans le travers d'administrer et d'embarrasser la vie quotidienne des 20 millions de Français qui vivent en copropriété.

En transaction, ce n'est pas mieux : son texte double le délai de rétractation attaché aux achats de logements anciens, qui passe de 7 à 14 jours. Sans doute une façon de fluidifier le marché... Pour François Gagnon, Président de ERA France et ERA Europe, « L'actuel délai ne donne lieu à aucune activation, simplement parce que l'achat d'un appartement ou d'une maison n'est pas le fruit d'un coup de tête, et que le remords est exceptionnel, après un mûrissement qui dure en général plusieurs mois! » En somme, encore un peu plus de viscosité, alors même que les consommateurs n'avaient rien demandé, par pur souci esthétique consistant à aligner le délai immobilier sur celui applicable aux biens de grande consommation.

On pourrait aussi, pour faire bonne mesure, remarquer que le projet de loi, contre toute promesse, ne simplifie pas la liste surréaliste de documents à fournir à l'acquéreur d'un lot de copropriété.

« Faut-il que les ministres et les parlementaires méconnaissent à ce point l'univers du logement pour parvenir, dans un même texte de loi, à moderniser quantité de domaines tels que le droit du travail ou le statut des notaires, et à mettre de l'archaïsme et de la pesanteur dans le logement. » ajoute François Gagnon. On est encore en droit d'espérer que la commission mixte paritaire et l'ultime lecture à l'Assemblée Nationale corrigent ces aberrations.

 

 Comprendre l'économie durable pour s'y investir

 

Lire la suite...


Articles en relation

BE - Culture & Société
ABONNES
[Etude] Vos corvées vous rendent plus sympathique que vos « talents innés »

Une étude de la Cass Business School (City University of London) affirme que le fait de mettre l'accent sur la notion d'effort plutôt que de talent naturel permet de faire meilleure impression lors d'un premier rendez-vous Les personnes devant faire bonne impression lors de rendez-vous galants ou d'entretiens d'embauche doivent mettre en exergue le dur labeur et les efforts consentis pour expliquer leur succès, d'après une étude récente de la Cass Business School. Dans l'étude intitulée...

BE - Culture & Société
ABONNES
Alerte JNA : l’état de santé auditif des jeunes est inquiétant

A 3 semaines de la 22e Journée Nationale de l'Audition, l'association JNA - Association d'alerte et de plaidoyer agissant depuis 22 ans en France - lance une alerte aux pouvoirs publics et aux acteurs de la santé sur l'état de santé des jeunes. Déjà en 2017, l'enquête Ifop - JNA « Smartphone : ami ou ennemi de notre santé auditive ? » apportait un éclairage fort inquiétant, questionnant l'impact des pratiques toxiques d'écoute de musique via les oreillettes sur la santé, en regard de l'enquête...

BE - Culture & Société
ABONNES
Les Européens veulent consommer plus local et responsable

Avec une croissance qui s'essouffle et des perspectives moins favorables pour 2019, la prudence grandit chez les consommateurs européens. Mais un autre mouvement se fait jour : ils se tournent de plus en plus vers une consommation plus locale considérée comme plus responsable. Tels sont les deux grands enseignements de la nouvelle édition de L'Observatoire Cetelem qui, depuis plus de 30 ans, décrypte et analyse les modes de consommation des ménages en Europe. Cette étude intitulée « Think local,...

BE - Culture & Société
ABONNES
Quelle place pour les énergies renouvelables chez les Français ?

A l'heure du grand débat national, les Français réaffirment leur désir de privilégier les énergies renouvelables pour l'avenir du pays. L'engagement des Français est important sur cette thématique, puisque 67% estiment qu'il leur revient également d'agir à leur échelle. L'amélioration énergétique de leur logement figure parmi les actions les plus citées, devant les changements de comportement en matière de déplacements, mais derrière les résolutions en faveur d'une consommation plus responsable...