Connexion
/ Inscription
Mon espace

« Les sociétés non cotées, bénéfiques à l’économie, rentables pour les investisseurs »

BE - Culture & Société
ABONNÉS

Christian Pierret, ancien Ministre de l’Industrie et membre du Conseil des experts de Convictions AM, a exposé devant un cercle restreint de Conseillers financiers patrimoniaux, son analyse sur le capital investissement et les perspectives de rendement qu’il offre aux investisseurs.

Le non coté retrouve son lustre. Dans un environnement de taux bas et de recherche de rendement, le capital investissement a de quoi séduire. Selon le dernier baromètre international de Coller Capital réalisé auprès de 114 investisseurs dans le monde, le private equity figure parmi les actifs alternatifs les plus prisés. Au cours des 12 prochains mois, 39% des intentions d’investissements se portent sur le private equity comparé à 33% sur l’immobilier. Signe de ce regain d’attrait pour le private equity, 93% des investisseurs anticipent des rendements de plus de 11%. Ces chiffres témoignent d’un retour des investisseurs vers le risque après la période d’aversion qui a suivi la crise financière de 2008.

En France, les investissements dans le non coté ont atteint 6,3 Mds€ en 2013, alors qu’avant la crise ils s’élevaient à 10 Mds€ par an. Il reste donc une marge de progression à reconquérir. Selon l’AFIC, en 2013 plus de 1500 entreprises ont été soutenues par le capital investissement. Les retombées économiques de cet accompagnement financier se sont matérialisées par la création de 253 000 emplois entre 2010 et 2013 et un accroissement du chiffre d’affaires de 1,4% au cours de cette même période.

Le private equity en France dispose de marges de manœuvres encourageantes : les investissements se dirigent essentiellement vers les PME-PMI (77% selon l’AFIC) mais beaucoup moins vers les entreprises de taille intermédiaire (ETI), traditionnelle faiblesse de notre pays par rapport à l’Allemagne. Il y a donc beaucoup de terrain à regagner et la France dispose de nombreux atouts. D’après le classement Deloitte Technology Fast 500, qui répertorie 500 sociétés technologiques en Europe, Moyen-Orient et Afrique dont le chiffre d’affaires a le plus progressé depuis 5 ans, 86 sont françaises. C’est une magnifique performance. Le private equity bénéfice par ailleurs du soutien de plusieurs organismes publics, dont la BPI. Mais, on peut aussi regretter son processus de décision trop administratif qui retarde le financement de projet.

La France dispose par ailleurs du régime fiscal le plus avantageux du monde pour inciter aux investissements innovants : 18% des sommes investies dans les FCPI et les FIP sont déductibles de l’impôt sur le revenu dans la limite de 4 320€, avec une contrainte : les fonds sont bloqués pendant 5 ans.

Investir dans le non coté ouvre la voie à la création de nombreuses PME et contribuera à terme à combler le retard de la France vis-à-vis de l’Allemagne et de l’Italie où les PME sont pléthoriques. La formule du capital investissement s’adapte très bien aux ruptures technologiques et à la propriété intellectuelle. On peut prendre l’exemple de l’armement, secteur dans lequel 40 entreprises détiennent des marchés mondiaux et peuvent se targuer d’être les meilleures en matière de technologie. De belles réussites dans les biotechnologies citées par Christian Pierret : Carmat (premier cœur artificiel) ou, en biopharmacie, la société Pharnext qui recherche des combinaisons nouvelles, à faible dose, de molécules connues pour traiter des maladies neurologiques dégénératives graves.

La propriété industrielle est centrale dans la bataille mondiale. Et là, le bât blesse. Les français négligent trop souvent la marque : une sur quatre seulement dépose un brevet au cours de sa vie, contre six sur dix au Japon et une sur deux aux Etats-Unis.

Il faut aussi consacrer davantage de fonds à la Recherche et Développement. Au niveau national, pour chaque Etat, les différences de l’effort R et D par rapport au PIB sont fortes : de 4,2% en Suède, par exemple, on tombe à 2,4% en France. De leur côté les investisseurs doivent accepter que les processus de réussite soient longs sur la scène mondiale et admettre souvent des pertes au départ, avant que l’investissement ne porte ses fruits. Il faut rétablir dans la mentalité collective le « risque » et le sentiment de la « belle réalisation technique », pour inciter à l’innovation et à l’investissement. La France doit reconquérir sur elle-même une certaine fierté industrielle. Enfin, rappelons que les entreprises non cotées sont souvent les entreprises cotées de demain.

www.convictions-am.com

 

 Comprendre l'économie durable pour s'y investir

 

Lire la suite...


Articles en relation

BE - Culture & Société
ABONNES
La nouvelle plateforme soClassiQ, un accès gratuit au répertoire de la musique classique et à l’opéra

Avec l'Intelligence Artificielle et la Data Science, soClassiQ met la musique classique à la portée du plus grand nombre et se positionne comme le site de référence en la matière. Après 2 ans de recherche et développement, la plateforme soClassiQ fait son entrée officielle dans le monde de la musique classique et de l'opéra. Grâce à la puissance de ses algorithmes et au travers d'une expérience utilisateur simple et épurée, soClassiQ donne accès :- à l'ensemble des œuvres du répertoire...

BE - Culture & Société
ABONNES
Les soft skills, des compétences déterminantes au cours des premiers mois de collaboration

Une étude* menée par le cabinet international de recrutement spécialisé Robert Half auprès de directeurs généraux (DG) et de directeurs financiers (DAF) révèle que 76% d'entre eux admettent avoir embauché un collaborateur qui ne s'intégrait pas à l'équipe.* Enquête réalisée auprès de 305 DG et 200 DAF en décembre 2017 en France. Les raisons évoquées et les mesures jugées les plus efficaces Rejoindre une organisation implique d'emblée de mettre en avant un panel de compétences à la fois...

BE - Culture & Société
ABONNES
« Solutions solidaires », plateforme de fabrique des solidarités nouvelles

Lancé par le Conseil départemental de la Gironde et ses partenaires, Alternatives économiques, l'Avise, la Fondation Jean-Jaurès, Harmonie mutuelle, Terra Nova, Up et Usbek & Rica, « solutions solidaires » c'est : - Une plateforme pour animer un large débat autour des solidarités nouvelles, et organiser un foisonnement d'idées, expériences et initiatives afin d'inventer ensemble les protections de demain.- Un rendez-vous annuel pour croiser, comparer et projeter vers l'avenir ces idées et ces...

ER - Acteurs du secteur financier
ABONNES
[Les entretiens d'Esteval] Bruno Colmant, Degroof Petercam

« Nous devons retrouver une économie solidaire et basée sur l'intérêt général » Débats télévisés, émissions de radio, couvertures de presse : le livre de dialogue entre Bruno Colmant, chef économiste de Degroot Petercam, et le prêtre Eric de Beukelaer, ancien proche collaborateur du cardinal Lustiger à Rome, fait un carton en Belgique (1). Il est vrai que leur conversation aborde des sujets qui nous concernent tous, au croisement de la morale et de l'économie. « Le capitalisme anglo-saxon...