Connexion
/ Inscription
Mon espace

« Le vieillissement de la population influe sur l’évolution des prix…

ER - Patrimoine et placements
ABONNÉS

… avec des répercussions directes sur nos finances personnelles »


Par Yves Longchamp, Head of Research d’Ethenea Independent Investors SA.

Ce phénomène démographique entrainera à long terme une baisse de la demande en biens de consommation et un report des dépenses vers les services ; un recul de l’investissement ; une baisse du prix des actifs due aux cessions par une population plus âgée. Les solutions passeront notamment par une augmentation de la productivité et un accroissement de la population active. Extraits du commentaire :

« Le spectre de la déflation ne semble pas planer sur nos économies dans l’immédiat. Mais l’euphorie liée à l’assouplissement quantitatif de la BCE occulte le fait que, dans certains pays industrialisés, l’inflation était déjà faible, voire négative, bien avant le repli des prix du pétrole (…).
Outre la politique des banques centrales, les prix des matières premières et l’inflation salariale, les mutations sociétales, particulièrement le vieillissement, sont susceptibles d’avoir une influence sur l’évolution des prix. Ce phénomène a des répercussions directes sur nos finances personnelles (…).
La population en âge de travailler doit en effet économiser une part plus importante de son revenu du travail pour assurer sa retraite, ce qui réduit les moyens disponibles pour la consommation immédiate. Par ailleurs, de plus en plus de personnes âgées étant tributaires des systèmes sociaux, les impôts augmentent également, ce qui ampute encore le budget consacré à la consommation. Enfin, on assiste à une modification des comportements de consommation et d’épargne (…).

La baisse de la demande globale de biens de consommation se traduit par une pression déflationniste sur les prix à la consommation
Le vieillissement signifie qu’une part croissante de la population âgée finance sa consommation à l’aide de son épargne, via la liquidation de placements ou la vente d’actifs. Le nombre de vendeurs augmentant, les prix des actifs devraient en conséquence reculer. (…).
Ces deux premiers vecteurs auront pour effet de modifier les prix relatifs, la demande globale se déplaçant vers d’autres catégories de biens. Il faut s’attendre à un déplacement de la demande de biens de consommation vers la demande de services (santé et services à la personne). La demande accrue dans le secteur tertiaire ne permettra pas de compenser la diminution des investissements dans la production de biens de consommation et les investissements devraient globalement s’inscrire en repli (…).

Les évolutions démographiques que connaissent actuellement l’Europe, le Japon et la Chine ont un impact déflationniste. En Europe de l’Ouest, la population en âge de travailler devrait reculer de 11% d’ici 2050, sur fond de stagnation de la population totale. En Allemagne, la population en âge de travailler a atteint son plus haut niveau en 2003. Sur la même période, le repli attendu du groupe démographique des 14/65 ans s’élève à 22%, contre une diminution d’environ 9% de la population totale. La société japonaise enregistre le vieillissement le plus marqué : la population active nippone a reculé de 9% depuis 1990 et diminuera encore d’un tiers d’ici 2050 (…).

Le fait que la déflation bénéficie aux consommateurs vieillissants qui ont épargné pour leur retraite doit néanmoins être jugé comme positif. En revanche, pour ceux qui sont endettés, la situation se révèle désastreuse. À cet égard, il ne faudrait pas trop compter sur les mesures des banques centrales, mais davantage miser sur des réformes structurelles visant à renforcer la productivité (formation, infrastructure informatique, recherche et développement) et à accroître la population active (participation des femmes à la vie active, immigration, politique familiale) ainsi que sur une politique plus créative, disposée et apte à traiter le problème à sa source. Ainsi, Singapour offre une prime allant jusqu’à 3 250 USD pour chacun des deux premiers enfants, qui passe ensuite à environ 5 000 USD pour le 3° et le 4° enfant.

À méditer… »

http://www.ethenea.com/fr

 

 Comprendre l'économie durable pour s'y investir

 

Lire la suite...


Articles en relation

ER - Patrimoine et placements
ABONNES
[Les entretiens d'Esteval] Jean-Claude Chasson, Bacchus Conseil

Bacchus Conseil : Une vision durable et raisonnable de l'investissement « plaisir » Loin des spéculations observées ces dernières années sur les bouteilles de vin, Monsieur Jean-Claude CHASSON s'est spécialisé avec Bacchus Conseil dans le développement durable et harmonieux du patrimoine viticole français. Retour sur une belle aventure entrepreneuriale avec le fondateur de l'entreprise. Quand avez-vous créé votre premier GFV ? C'était en 1989. Dans le cadre de l'expertise comptable et fort de...

ER - Patrimoine et placements
ABONNES
[Les entretiens d'Esteval] Jean-Marc Divoux, Finance SA

Entretien avec Jean-Marc Divoux, gérant du fonds Expert Patrimoine Après avoir réuni certaines expertises de Robeco, de Commodities AM, de KBL Richelieu et AG2R AGICAM, Finance SA a accueilli Jean-Marc Divoux dans l'équipe de gestion en février dernier. Il y déploie désormais son expertise de gestion dont il nous parle avec passion. Quel a été votre parcours ? Après une formation d'ingénieur (avec une option en intelligence artificielle, ce qui, dans les années 80, n'était pas encore à la...

ER - Patrimoine et placements
ABONNES
ISR et performance

La Financière de l'Echiquier présente une nouvelle étude sur ISR et performance La Financière de l'Echiquier, qui revendique un rôle de pionnier de l'application à la gestion d'actifs des critères ESG en France, vient de réaliser une grande étude sur ISR et performance. Bonne nouvelle : l'extra-financier ne détruit pas de valeur ! « Faut-il, s'interroge Didier Le Menestrel, président de La Financière de l'Echiquier, se résoudre à un sacrifice de performance lorsque l'on choisit d'investir de...

ER - Patrimoine et placements
ABONNES
+ 4,5 % en un mois pour notre sélection diversifiée

Entre le 7 février et le 6 mars, notre sélection de supports d'investissement diversifiée s'est octroyée 4,5 %. Un beau score en ligne avec la poursuite du rebond des indices boursiers depuis la fin de l'année dernière. Un potentiel de 64,3 % pour une de nos valeurs Au cours des quatre semaines écoulées, huit lignes sur dix se sont mises en évidence, à commencer par Spie (+ 13,8 %) et SII (+ 11,2 %). Saint-Gobain fait encore du surplace, en dépit de la politique de repositionnement ambitieuse...