Connexion
/ Inscription
Mon espace

« Les modes de financement des projets d'infrastructures en Afrique doivent évoluer »

ER - Acteurs du secteur financier
ABONNÉS

Des projets ambitieux et transnationaux peuvent être menés à bien, grâce à une coordination efficace des interventions d'investisseurs nationaux et internationaux.


Par Birama B. Sidibé, candidat à la présidence de la Banque Africaine de Développement (BAD), est un expert des enjeux politico-économiques impliquant l’Afrique.

Les besoins de l'Afrique en matière d'investissement sont immenses. Combler son déficit en matière d'infrastructures nécessiterait environ 90 Mds$ par an (15% du PIB de la région), évaluait une récente étude de la Banque Mondiale et du Consortium des Infrastructures pour l'Afrique. Historiquement, les financements étaient principalement issus de prêts d'institutions internationales et bilatérales dédiées au développement. Mais aujourd'hui, les montants en jeu ne permettent plus de poursuivre dans cette voie.

En premier lieu, il ne peut pas être indéfiniment fait appel à l'endettement public. Accroitre la dette des Etats n'est pas une solution viable à moyen et long terme. Leur capacité financière a ses limites. La construction, par exemple, du barrage d’Inga en République Démocratique du Congo pour plusieurs milliards de dollars ne peut être assumée par ce seul pays. En outre, les institutions prêteuses elles-mêmes sont soumises à des contraintes prudentielles. Leurs expositions par pays sont strictement encadrées et limitées. Dans ces conditions, de nouvelles approches doivent être imaginées. Du point de vue strictement financier, il apparaît judicieux de faire reposer les financements non pas sur la dette, mais sur l'investissement, et ainsi d'y associer des acteurs privés.

Les actifs à très long terme, objets des gros projets d'infrastructures, ont l'avantage de pouvoir générer des revenus réguliers sur de longues échéances. Aussi les grands investisseurs institutionnels africains et internationaux (fonds de pension, fonds souverains, compagnies d'assurance, voire banques centrales ou banques de développement), ne s'y trompent pas et sont de plus en plus nombreux à souhaiter s'engager aux côtés des pays africains. L’annonce récente du fonds souverain norvégien, plus important fonds souverain mondial, qui a exprimé sa volonté de nettement renforcer ses investissements sur le continent africain, est emblématique de cette tendance de fond. Il faut donc répondre à leur souhait d'investir en capital, en leur offrant l'opportunité de prendre directement des participations dans des sociétés de projet, contre des certificats d'investissement/de propriété au prorata d’un actif tangible sous-jacent et dont le rendement est adossé sur les revenus généré par ledit actif.


Aménagements de souveraineté

Les économies africaines sont fragmentées, isolées et pas compétitives par rapport à celles des autres régions du globe : 15 pays enclavés parmi les 31 les moins avancés se retrouvent en Afrique. Les Etats Insulaires sont plus ou moins isolés du reste du continent. Les projets - de types autoroutes, lignes de chemin de fer, centrales électriques et lignes de transport à haute tension, ports et aéroports - auront de plus en plus vocation à répondre aux besoins de plusieurs pays, au-delà de leurs frontières respectives. Ces infrastructures communes nécessiteront des aménagements voire des abandons de souveraineté de la part de chacune des parties prenantes. Certains pays en ont accepté le principe : par exemple, à travers l'OMVS, le Mali, la Mauritanie et le Sénégal ont conçu ensemble plusieurs barrages hydroélectriques au Mali. Ils sont bien détenus sous forme d’ouvrages communs par l'ensemble des pays participants, qui en perçoivent les fruits, soit un droit d'usage de l'électricité ainsi produite, bien que l'ouvrage soit situé dans l'un de ces pays seulement. Un tel schéma pourrait être reproduit à l'avenir dans le cadre de concessions en PPP, auxquelles participeraient donc des acteurs privés, investisseurs, ainsi qu'entreprises de travaux publics ou d’équipementiers du secteur énergétique.


La BAD doit pouvoir jouer le rôle de catalyseur

Du fait de l'expertise technique de ses équipes et de sa participation à plusieurs projets d'infrastructures, la BAD peut apporter une réelle valeur ajoutée à tous les intervenants. En tant qu'institution régionale de proximité, la BAD deviendrait ainsi la porte d'entrée privilégiée des investisseurs africains et internationaux.
Sa propre participation financière, également sous la forme d'un investissement en capital et pas nécessairement d'un prêt, apporterait une caution morale pour le succès de l’opération. Même symbolique, et donc à risque calculé, son investissement aurait pour effet de rassurer sur la pérennité d'une opération.

http://www.afdb.org/fr/

 

 Comprendre l'économie durable pour s'y investir

 

 

Lire la suite...


Articles en relation